Avec un bénéfice de 460 millions d’euros, Air France-KLM plane plus haut qu’avant le Covid-19

money La compagnie a tiré profit de la cruciale période estivale en transportant 25 millions de passagers

20 Minutes avec AFP
— 
Air France-KLM a engrangé 460 millions d'euros de bénéfice net au troisième trimestre 2022.
Air France-KLM a engrangé 460 millions d'euros de bénéfice net au troisième trimestre 2022. — AFP

Au troisième trimestre, Air France-KLM a réalisé un chiffre d’affaires supérieur à la période correspondante de 2019, avant la crise sanitaire liée au Covid-19. La compagnie a engrangé 460 millions d’euros de bénéfice net grâce à une forte demande de voyages aériens pendant l’été.

Air France-KLM a effectivement tiré profit de la cruciale période estivale en transportant 25 millions de passagers, une hausse de 47,6 % par rapport au troisième trimestre 2021. Mais son chiffre d’affaires a fait largement mieux, bondissant de 77,6 % à 8,11 milliards d’euros, un niveau supérieur de 500 millions d’euros à celui du troisième trimestre 2019, avant l’irruption du Covid-19 qui avait divisé par trois le nombre de passagers aériens dans le monde en 2020. Air France-KLM n’a pourtant déployé cet été que 89 % de sa capacité en sièges de 2019, avec un taux de remplissage de 88 %.

Air France-KLM est sorti plus rentable de la crise du Covid-19

Ce deuxième trimestre consécutif de retour dans le vert, obtenu malgré une inflation et des cours du pétrole très élevés, permet au groupe franco-néerlandais de réduire à nouveau son endettement, a-t-il indiqué vendredi dans un communiqué, en annonçant le remboursement anticipé d’un milliard d’euros de prêts garantis par l’Etat sur 3,5 milliards encore dus.



Grâce à ce bénéfice du troisième trimestre, la société passe également dans le vert sur les neuf premiers mois de l’année, avec un résultat net de 232 millions d’euros. Elle avait perdu 7,1 milliards d’euros en 2020 et 3,3 milliards en 2021. Sa dette nette a décru de 2,2 milliards d’euros depuis fin 2021, à 5,9 milliards.

Sauvé de la faillite par les interventions des Etats français et néerlandais, et après deux recapitalisations, le groupe est sorti plus rentable de la crise du Covid-19.