Royaume-Uni : L’inflation accélère à 10,1 % sur un an en septembre, au sommet en quarante ans

Coût de la vie Ces chiffres risquent d’ajouter encore aux difficultés rencontrées par la Première ministre Liz Truss

20 Minutes avec AFP
— 
Un manifestant tenant une pancarte "Don't Pay" défile dans la ville pendant une manifestation le 1er octobre 2022 à Manchester contre les factures d'énergie en hausse.
Un manifestant tenant une pancarte "Don't Pay" défile dans la ville pendant une manifestation le 1er octobre 2022 à Manchester contre les factures d'énergie en hausse. — ' Andy Barton / SOPA Images

Toujours plus haut, plus fort et plus vite… L’inflation a accéléré à 10,1 % sur douze mois au Royaume-Uni, au sommet en quarante ans et la plus forte des pays du G7, nourrie principalement par une envolée des prix de l’alimentation, en pleine crise du coût de la vie au Royaume-Uni. Des chiffres qui risquent d’ajouter encore aux difficultés rencontrées par la Première ministre Liz Truss, qui lutte pour sa survie politique après un plan économique catastrophique qui a mis le feu aux marchés financiers et l’a forcée à un humiliant et drastique revirement.

En août, l’inflation atteignait 9,9 %. Parmi les autres facteurs ayant contribué à intensifier le rythme de la hausse des prix le mois dernier, l’Office national des statistiques (ONS) mentionne les tarifs hôteliers dans son rapport mensuel mercredi. En revanche, la flambée des prix a été partiellement atténuée par un repli des prix des carburants, des billets aériens qui ont reculé plus que d’ordinaire pour cette époque de l’année, tandis que les voitures d’occasion ont moins augmenté que les années précédentes.

« Après la petite baisse du mois dernier, l’inflation est retournée à ses sommets du début de l’été », remarque Darren Morgan, directeur des statistiques économiques de l’ONS. Si le taux d’inflation reste « à un niveau historiquement élevé, les coûts auxquels sont confrontées les entreprises commencent toutefois à ralentir, avec les prix du pétrole brut qui ont même chuté en septembre », tempère-t-il.

Chute de la livre

« Je comprends que les familles à travers le pays ont du mal à faire face à la hausse des prix et aux factures d’énergie en hausse » a réagi le tout nouveau ministre des Finances, Jeremy Hunt. Il a été nommé dans l’urgence vendredi par la Première ministre Liz Truss après le fiasco de son projet budgétaire alliant baisses d’impôts tous azimuts et soutien massif aux factures de l’énergie, qui devait être financé uniquement par la dette en pleine poussée des taux. Jugé comme inflationniste à moyen terme et susceptible de faire déraper dangereusement les finances publiques, il a fait fuir les investisseurs.



La livre a chuté à son plus bas historique et les coûts d’emprunt de l’Etat britannique ont décollé, ce qui s’est répercuté sur les taux de crédit immobilier et aux entreprises, alors qu’ils étaient déjà en forte hausse. « Ce gouvernement donne la priorité aux plus vulnérables tout en apportant de la stabilité économique et en menant vers une croissance de long terme souhaitée par tous », a assuré le ministre dans sa déclaration.

La responsable travailliste des questions économiques Rachel Reeves a pour sa part fustigé des chiffres de l’inflation « qui ajoutent à l’anxiété des familles ». Le pays traverse « une crise générée par les Conservateurs (…) mais payée par les travailleurs », a-t-elle ajouté.