Crise énergétique : Les réserves de gaz françaises remplies à 100 %

La Flamme La Commission de régulation de l’énergie appelle tout de même à un « effort collectif massif » de réduction de la consommation

X.R. avec AFP
— 
Pas de craintes à avoir si vous cuisinez au gaz, mais il faudra quand même faire un effort.
Pas de craintes à avoir si vous cuisinez au gaz, mais il faudra quand même faire un effort. — SYSPEO/SIPA

Tout va bien, vous allez pouvoir faire bouillir la marmite à Noël. Malgré les craintes liées à la guerre en Ukraine et à la fermeture du robinet de gaz côté russe, les réserves françaises sont bel et bien pleines en prévision de l’hiver, assure la Commission de régulation de l’énergie (CRE). « La campagne de remplissage des stockages pour l’hiver 2022/2023 se termine avec des stockages remplis à plus de 99 % », a indiqué dans un communiqué la CRE, la France devenant ainsi le troisième pays européen après la Belgique et le Portugal à remplir au maximum ses capacités de stockage de gaz naturel.

Avec 130 TWh, ces réserves, qui ont atteint un « niveau supérieur à la moyenne des dernières années », représentent « environ 2/3 de la consommation hivernale des PME et des particuliers » en France, détaille-t-elle. La Commission met en garde contre « des situations de tension néanmoins possibles en fonction des conditions du passage de l’hiver ». « Un effort collectif massif visant à réduire nos consommations d’énergie, associant entreprises, administrations, collectivités et particuliers, est donc indispensable », assène-t-elle.

« Peu de marge de manœuvre »

Une vision partagée par les deux sociétés chargées du stockage, Storengy, filiale d’Engie, et Teréga : « Afin d’anticiper d’éventuelles situations de tension dans les mois à venir, une utilisation raisonnée des stockages ainsi qu’un effort de sobriété sur les consommations de gaz et d’électricité apparaissent nécessaires dès maintenant », ont-elles affirmé dans un communiqué commun. « Ce taux de remplissage des stockages confirme la fiabilité du système et des infrastructures gazières françaises », a salué le PDG de Teréga, Dominique Mockly, dont l’entreprise stocke un quart du gaz en France, principalement sur des sites situés dans le sud-ouest du pays.

L’objectif du gouvernement de remplir les capacités de stockage du pays en gaz naturel d’ici novembre est donc atteint alors que les exportations de gaz russe vers la France sont totalement taries depuis le 1er septembre. Il doit présenter jeudi son « plan de sobriété énergétique », visant à mobiliser tous les secteurs de la vie économique et sociale pour réduire de 10 % la consommation française d’énergie en deux ans et aider le pays à affronter un hiver tendu.



Storengy et Teréga ont insisté sur les deux scénarios envisagés pour cet hiver. « Un hiver moyen sans pointe de froid marquée, montre un système globalement équilibré », écrivent-ils même s’il y a « peu de marge de manœuvre ». Mais en cas de vague de froid sévère ou durable, « le déficit hivernal peut atteindre 16 TWh, ce qui représente 5 % de la consommation hivernale », préviennent les deux entreprises. Des mesures de sobriété seront alors essentielles pour éviter les coupures et malgré cela, « toutes les sources devront alors être mobilisées » pour satisfaire la consommation.