Inflation : Difficile de dire si la hausse des prix a atteint un pic, selon Christine Lagarde

TOUJOURS PLUS L’inflation en zone euro a bondi à 10 % en septembre

20 Minutes avec AFP
Christine Lagarde, President of the European Central Bank smiles during a press conference following a meeting of the governing council in Frankfurt, Germany, Thursday, July 21, 2022. (AP Photo/Michael Probst)/PRO118/22202480298623//2207211556
Christine Lagarde, President of the European Central Bank smiles during a press conference following a meeting of the governing council in Frankfurt, Germany, Thursday, July 21, 2022. (AP Photo/Michael Probst)/PRO118/22202480298623//2207211556 — Michael Probst/AP/SIPA

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a estimé mardi qu’il était difficile de dire si l’inflation avait atteint un pic dans la zone euro, au moment où les prix à la consommation affichent un niveau record, alimentés par la flambée des coûts de l’énergie.

L’inflation en zone euro a bondi à 10 % en septembre, après avoir atteint 9,1 % le mois précédent, déjà un plus haut depuis que l’office européen des statistiques a commencé à publier l’indicateur en janvier 1997.

Objectif 2 %

S’exprimant lors d’une rencontre avec des étudiants organisée à la banque centrale de Chypre, Lagarde a une nouvelle fois souligné que l’inflation atteignait un niveau « élevé qui n’était pas souhaitable ». « Est-ce qu’elle a atteint son apogée ? Difficile à dire et je ne vais pas m’y risquer », a-t-elle déclaré.

Lagarde a réitéré sa détermination à ramener dès à présent les prix dans les limites fixées par la BCE, soit une inflation à 2 %. « Si on laisse l’inflation progresser librement, il faut se battre encore plus pour la ramener [à un niveau acceptable] et c’est douloureux », a-t-elle relevé. « Nous ne devons certainement pas stimuler davantage la demande », a-t-elle également ajouté.

Lors de sa dernière réunion, en septembre, la BCE a relevé ses taux directeurs de 0,75 point de pourcentage - après +0,50 point en juillet - et précisé qu’elle planifiait d’autres hausses afin de contenir l’inflation, une politique agressive qui alimente les craintes concernant la croissance.