Faillite de Camaïeu : La CGT et les salariés s’engagent dans une action en justice, avec l’espoir d’un projet de reprise

FLEURON EN BERNE L’enseigne de prêt-à-porter féminin va être attaquée au tribunal pour « connaître les opérations qui ont vidé la trésorerie », selon l’avocat

Gilles Durand
— 
Fiodor Rilov, avocat de la CGT, au milieu des salariés de Camaïeu, lors de l'assemblée générale organisée mardi 4 octobre 2022, à Roubaix, devant le siège de l'enseigne de prêt-à-porter.
Fiodor Rilov, avocat de la CGT, au milieu des salariés de Camaïeu, lors de l'assemblée générale organisée mardi 4 octobre 2022, à Roubaix, devant le siège de l'enseigne de prêt-à-porter. — G. Durand
  • Environ 80 salariés de Camaïeu avaient répondu à l’appel du syndicat CGT pour une assemblée générale, ce mardi matin, devant le siège et les entrepôts de Roubaix, dans le Nord.
  • Environ 2.600 personnes vont être licenciées après l’annonce de la liquidation judiciaire de l’enseigne de prêt-à-porter nordiste, fleuron de la mode féminine.
  • A l’ordre du jour, le projet de reprise proposé par la CGT et une action en justice menée par l’avocat Fiodor Rilov.

« On se sent trahis ». La phrase revient sans cesse parmi les quelque 80 salariés de Camaïeu qui avaient répondu à l’appel du syndicat CGT pour une assemblée générale, ce mardi matin, devant le siège et les entrepôts de Roubaix, dans le Nord. La semaine dernière était prononcée par le tribunal de commerce de Lille la liquidation judiciaire de l’enseigne de prêt-à-porter nordiste, fleuron de la mode féminine.

A l’ordre du jour, le projet de reprise proposé par la CGT et une action en justice menée par l’avocat Fiodor Rilov. « Il s’agit d’organiser la riposte car cette liquidation est inacceptable », souligne Me Rilov, venu présenter son plan d’action judiciaire auprès du tribunal de Lille.

« Connaître les opérations qui ont vidé la trésorerie »

La première étape : obtenir les documents relatifs à la gestion financière de Camaïeu, sur la base d’un référé 145. « Cette entreprise a été placée en redressement judiciaire deux fois et les actionnaires avaient pris des engagements. Il s’agit de connaître les opérations qui ont vidé la trésorerie », explique Fiodor Rilov.

Les larmes de crocodile des politiques, je les vois couler depuis trop longtemps sans qu’aucune action ne soit menée

La deuxième étape consistera, s’il y a eu fautes, à attaquer l’entreprise en justice afin d’établir les éventuelles responsabilités des actionnaires. « Les larmes de crocodile des politiques, je les vois couler depuis trop longtemps sans qu’aucune action ne soit menée, dénonce l’avocat. Il est trop tard pour empêcher les licenciements, le combat doit être mené sur le terrain judiciaire pour réparer le préjudice subi par les salariés. »


L'émotion était encore palpable lors de l'assemblée générale des salariés de Camaïeu, mardi 4 octobre 2022, à Roubaix, après l'annonce de la liquidation judiciaire.
L'émotion était encore palpable lors de l'assemblée générale des salariés de Camaïeu, mardi 4 octobre 2022, à Roubaix, après l'annonce de la liquidation judiciaire. - G. Durand

Faute de quoi, les 2.600 licenciés n’auront droit pour toutes indemnités qu’au minimum légal, versé par les AGS, le régime de garanti des salaires. « Beaucoup ont plus de 50 ans, ça va leur être quasiment impossible de retrouver du travail », se désole Lucie Colier, délégué CGT.

« Il manque environ 15 à 20 millions »

Du côté d’un autre délégué syndical historique, Thierry Siwik – 38 ans d’entreprise – l’espoir d’une mobilisation du monde économique reste intact. « Il faut tenter le tout pour le tout, indique-t-il. Nous disposons d’un projet de reprise chiffré rattaché à la directrice générale de Camaïeu. Il manque environ 15 à 20 millions. Nous lançons un appel auprès de partenaires financiers et investisseurs, mais aussi aux collectivités locales. »



Faute de pouvoir entrer sur le site, les salariés ont donc tenu une assemblée générale pleine d’espoir devant les grilles du siège. « La reprise, ce serait une bonne chose. J’espère que ça va marcher », glisse Idir. A 40 ans, voilà 18 ans qu’il travaille à Camaïeu au service expédition, puis transport.

En attendant, à quelques dizaines de mètres de là, le mandataire et le liquidateur judiciaire étaient sur place, à l’intérieur des locaux « pour effectuer l’inventaire des actifs et préparer la vente à la découpe », selon la CGT. Et une responsable commerce du syndicat d’expliquer : « Les magasins, la marque, l’immobilier, les stocks… Tout peut être vendu par lot. On appelle aussi ça le saucissonnage ». Et dans tout ça, une base clientèle de 7,7 millions de personnes.

Occupation des lieux

Une trentaine de salariés de l’enseigne de prêt-à-porter Camaïeu, mise en liquidation, ont ensuite fait irruption au siège de la société à Roubaix, à l’issue d’une assemblée générale tenue à l’extérieur. Les protestataires ont arraché un grillage pour pénétrer sur le parking du siège. Ils ont ensuite gagné le hall, sans intervention des vigiles, avant d’occuper les lieux, affirmant vouloir y rester dans l’immédiat.