Agriculture : Hausse de 20 % du budget du ministère dans le projet de loi de finances 2023

ARGENT PUBLIC L’objectif de l’exécutif est notamment de financer le dispositif d’assurance des récoltes face aux risques climatiques

20 Minutes avec AFP
Des vendanges en Bourgogne, le 7 septembre 2022.
Des vendanges en Bourgogne, le 7 septembre 2022. — AFP

Le budget 2023 du ministère de l’Agriculture est en hausse. Celle-ci est même de « 20 % par rapport au budget précédent », afin notamment de financer le nouveau système d’assurance récolte et l’enseignement agricole.

Le projet de loi de finances pour 2023 prévoit un budget de 5,987 milliards d’euros « hors transfert de l’enveloppe "pêche" au secrétariat d’Etat chargé de la mer », a détaillé lundi l’exécutif. Cette hausse « est le signe de notre engagement et de notre détermination à agir au profit de nos agriculteurs et pour notre souveraineté alimentaire », a commenté sur Twitter le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau.

Inciter les agriculteurs à assurer leurs cultures

L’augmentation est donc en partie liée au financement du dispositif d’assurance des récoltes face aux risques climatiques qui verra le jour le 1er janvier prochain et sera doté par l’Etat de 256 millions d’euros en 2023. S’y ajouteront 120 millions d’euros du Fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA) et 184 millions du fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), portant le soutien public à 560 millions l’an prochain.

Le montant de 600 millions d’euros, évoqué par Emmanuel Macron en septembre lors d’un déplacement à Outarville, dans le Loiret, auprès de jeunes agriculteurs, sera atteint à « l’horizon 2025 » quand l’enveloppe « passera de 256 millions d’euros en 2023 à 296 millions », selon le ministère de l’Agriculture. Mais en fonction « de l’évolution du taux de diffusion de l’assurance », dont l’objectif est d’inciter un plus grand nombre d’agriculteurs à assurer leurs cultures, « ce montant pourra être relevé en projet de loi de finances rectificative 2023, conformément aux engagements du président de la République », a également signalé le ministère lundi soir.

Parmi les autres priorités, l’enseignement agricole bénéficiera avec la recherche de plus de 2 milliards d’euros. Sur cette somme, 1,6 milliard sera consacré à la formation des 136.000 élèves de l’enseignement technique, visant à répondre au défi du renouvellement des générations. Les subventions de la Politique agricole commune, dont la France est le premier pays bénéficiaire, resteront quant à elles stables à 9,4 milliards d’euros.