Chauffage au fioul : Gabriel Attal annonce une aide allant jusqu’à 200 euros versée à partir de novembre

ENERGIE Cette aide, « de 100 et 200 euros » viendra de l’enveloppe de 230 millions d’euros votée par le Parlement cet été

20 Minutes avec AFP
— 
Un thermostat sur un système de chauffage moderne dans un appartement avec des billets de banque en euros. Illustration
Un thermostat sur un système de chauffage moderne dans un appartement avec des billets de banque en euros. Illustration — Petr Svancara/AP/SIPA

Une aide qui concerne environ 1,4 million de Français. Le gouvernement travaille sur un coup de pouce pouvant aller jusqu’à 200 euros et versé à partir de novembre à environ la moitié des Français qui se chauffent au fioul, a indiqué jeudi le ministre des Comptes publics Gabriel Attal.

Cette aide, « de 100 et 200 euros » viendra de l’enveloppe de 230 millions d’euros votée par le Parlement cet été en faveur des foyers se chauffant au fioul, a précisé le ministre invité de franceinfo. Elle pourra se cumuler avec le chèque énergie, a-t-il ajouté. « Pour les ménages les plus modestes, ça fait jusqu’à 400 euros d’aides exceptionnelles cet hiver pour remplir sa cuve », a-t-il détaillé.

« Protéger les Français »

Plus généralement sur le bouclier tarifaire, le ministre a assuré que « tant que la situation est ce qu’elle est, nous continuerons à protéger les Français ». « Ce qu’on a prévu, en termes de budget, c’est de pouvoir accompagner les Français sur l’année prochaine, maintenant ce que je ne peux pas vous dire, c’est quelle sera la situation à la mi-2023 et quels seront les cours au niveau mondial », a-t-il déclaré, interrogé sur la durée du bouclier tarifaire.



« On a toujours dit qu’on continuerait d’accompagner les Français tant qu’on serait dans cette situation inédite, avec des hausses de prix mondiaux sur les tarifs de l’électricité et du gaz qui sont totalement déraisonnables », a souligné Gabriel Attal. La Première ministre Elisabeth Borne a ajouté mercredi lors d’une conférence de presse qu’il fallait « aussi accompagner les ménages qui se chauffent au bois », sans préciser les modalités exactes.