Avions ravitailleurs: la date de clôture de l'appel d'offres reculé de 2 mois

ECONOMIE Les parlementaires américains sont vent debout contre une décision jugée dictée par l'Europe...

B.D. avec agence

— 

Un Airbus A330 MRTT ravitaille un F-18 de l'armée espagnole lors d'une simulation réalisée en novembre 2009.
Un Airbus A330 MRTT ravitaille un F-18 de l'armée espagnole lors d'une simulation réalisée en novembre 2009. — AIRBUS/FOURMY/SIPA

Deux petits mois. Le Pentagone s'est dit prêt mercredi à retarder de 60 jours la date de clôture de l'appel d'offres pour ses avions ravitailleurs, accédant partiellement à la requête du groupe européen EADS qui espérait obtenir un délai de trois mois pour concourir face à Boeing.

«Le département de la Défense a informé EADS et Boeing que si nous recevons une notification formelle de la part d'EADS exprimant leur intention de faire une offre, nous repousserons la date de clôture du 10 mai au 9 juillet», a annoncé le porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell, lors d'une conférence de presse. Ce délai est inférieur aux 90 jours réclamés par EADS pour présenter une offre, pour ce méga-contrat estimé à 35 milliards de dollars.

Le groupe d'aéronautique et de défense européen a annoncé qu'il allait «réfléchir», tout en rappelant dans un communiqué avoir «fermement dit qu'une extension de 90 jours du délai pour participer à l'appel d'offre serait le minimum de temps nécessaire pour préparer une proposition responsable».

Colère des parlementaires américains accueillant des emplois liés à Boeing dans leur circonscription

Cette annonce a provoqué la colère de certains parlementaires américains qui ont accusé la Maison Blanche d'avoir cédé aux pressions européennes. En effet, la veille, Barack Obama avait reçu Nicolas Sarkozy à Washington et lui avait promis que le processus de sélection des ravitailleurs serait «libre et juste». Le chef de l'Etat français avait dit lui faire «confiance» pour assurer la transparence de cette sélection, un sujet de contentieux entre la France et les Etats-Unis.Le Pentagone doit toujours annoncer le résultat de la compétition «au début de l'automne».

Particulièrement outrés, les parlementaires accueillant des emplois liés à Boeing dans leur circonscription. Ainsi, le représentant républicain du Kansas Todd Tiahrt s'est dit «scandalisé» par l'annonce, le sénateur de l'Etat de Washington, Patty Murray, a quant à lui qualifié ce délai d'«inacceptable», en avançant que l'OMC, dans un récent jugement confidentiel, «a établi qu'Airbus a bénéficié de subventions publiques illégales pendant des années» en Europe.

Le sénateur de l'Alabama, Richard Shelby, où EADS a prévu de créer 1.500 emplois en cas de succès, s'est en revanche félicité de la «bonne décision» du département de la Défense. Le Pentagone, lui, s'est défendu d'avoir pris sa décision en fonction de considérations politiques.