Les mesures d'austérité indignent les Grecs

— 

La mobilisation s'est amplifiée hier en Grèce contre les mesures d'austérité annoncées la veille par le gouvernement. Près de 10 000 manifestants se sont rassemblés hier soir à Athènes. Et les annonces de grève de vingt-quatre heures ou d'arrêts de travail pour aujourd'hui se sont multipliées. Le trafic des aéroports sera ainsi paralysé de 12 h à 16 h (heure locale), les transports terrestres perturbés, et les écoles primaires et secondaires fermées.

Le gouvernement a, quant à lui, lancé un emprunt sur les marchés financiers, comptant sur l'effet psychologique de l'annonce du plan, destiné à économiser 4,8 milliards. Son offre a suscité l'engouement des investisseurs. Très attendue, l'opération était considérée comme un test de la capacité du pays à rassurer les marchés et à emprunter seul.

La Grèce a besoin de plus de 20 milliards d'euros d'ici à mai pour faire face à ses échéances sur sa dette publique, qui s'est creusée à 113 % du produit intérieur brut en 2009, tandis que le déficit public s'envolait à 12,7 % du PIB. Hier, le gouvernement n'excluait pas « un recours au Fonds monétaire international » pour éviter la faillite. W