Grogne chez Ikéa

Avec agence

— 

Les représentants de quatre grandes entreprises de distribution de meubles en France - Conforama, Ikea, Alinea et But - ont demandé mardi de pouvoir ouvrir le dimanche les magasins dédiés à l'ameublement en Ile-de-France, au cours d'une conférence de presse
Les représentants de quatre grandes entreprises de distribution de meubles en France - Conforama, Ikea, Alinea et But - ont demandé mardi de pouvoir ouvrir le dimanche les magasins dédiés à l'ameublement en Ile-de-France, au cours d'une conférence de presse — Dominique Faget AFP/archives

Une quarantaine de représentants du personnel ont passé la nuit de lundi à mardi au siège d'Ikea France à Plaisir (Yvelines) qu'ils occupent depuis lundi matin pour réclamer des augmentations de salaires.

Ce mouvement fait suite à une grève qui touche plusieurs magasins Ikea depuis samedi.

«Nous voulons que la direction prenne conscience qu'elle ne peut pas venir aux réunions nationales en proposant 0% d'augmentation. Nous voulons que les représentants de la direction s'engagent à présenter mercredi une enveloppe convenable», a déclaré Hocine Redouani, délégué FO du magasin Paris-Nord.

Une augmentation de 4%


«Nous demandons une augmentation globale de 4% et on nous propose 0% et 1,2% individuellement au mérite alors qu'Ikea France a fait 52 millions de bénéfices nets en 2009», a dénoncé Adel Amara, délégué syndical européen FO.

Les représentants du personnel ont été reçus dans l'après-midi par la direction.

«La nouvelle directrice des ressources humaines a repris toutes les demandes des syndicats et la date de mercredi de la prochaine réunion dans le cadre des NAO (négociations annuelles obligatoires) a été confirmée», a déclaré Pierre Deyries, directeur de la communication d'Ikea France.

Perturbations dans huit magasins


«La direction propose 1,2% d'augmentation au mérite car la rémunération est le pendant d'une performance», a-t-il poursuivi, en soulignant que les salariés bénéficient notamment d'une prime d'intéressement qui représente «parfois plus qu'un 14e mois».

Les trois principaux syndicats d'Ikea (CFDT, FO, CGT) protestent contre les propositions salariales faites par la direction lors des négociations annuelles obligatoires (NAO).

Un mouvement de grève a débuté samedi, empêchant l'ouverture de deux magasins et des débrayages perturbant six autres établissements, selon Pierre Deyries. Des débrayages ont eu lieu dans les établissements de Paris-Nord dimanche et de Plaisir lundi.