Alerte rouge aux déficits en zone euro

FINANCE La Grèce fait craindre un effet domino...

Angeline Benoit

— 

Tout se joue à l'ouverture des Bourses ce lundi matin. Soit l'onde de panique qui a saisi la planète finance vendredi se tasse, soit elle dérape. De Shangai à Wall Street, les marchés ont plongé dans le sillage des places européennes. La Grèce est à l'origine de la chute, son niveau d'endettement ayant poussé la Commission européenne à la placer sous tutelle mercredi. Le pays a promptement réagi, annonçant hier une loi, dès cette semaine, pour restructurer le secteur public. Reste à savoir si cela suffira.

«Les inquiétudes des investisseurs sont mondiales face aux dettes de la Grèce mais aussi de l'Espagne et du Portugal», résume un opérateur de Macquarie Private Wealth à Sydney.

Les marchés commencent à douter de la capacité de certains pays à rembourser leur dette et à redresser leurs économies. Un échec affecterait toute la zone euro, l'entraînant dans une spirale de crise. Toutefois, plusieurs observateurs des marchés estiment que l'agitation relève de la spéculation. Des fonds entretiendraient la panique pour en tirer profit en achetant et revendant les bons produits financiers au bon moment, explique Jean-François Jamet, économiste à la Fondation Robert Schumann.