Le gouvernement vient à la rescousse de la raffinerie Total de Dunkerque

ECONOMIE 370 salariés et 450 sous-traitants travaillent actuellement sur le site...

C.C. avec agence

— 

B.CHIBANE / SIPA

Du répit pour les employés de la raffinerie Total de Dunkerque? Le gouvernement «n'acceptera pas» la fermeture du site «tant qu'il n'y aura pas de garanties nécessaires sur la pérennité» des quelque 800 emplois concernés, a affirmé ce lundi sur BFM le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi.

Conversion en un site de dépôt de carburant

A l'occasion de la convocation d'un comité central extraordinaire, le groupe Total devrait annoncer ce lundi la fermeture de sa raffinerie des Flandres à Mardyck, près de Dunkerque (Nord), avait affirmé la semaine dernière le journal La Tribune.

Le pétrolier s'apprête à convertir le site en un dépôt de carburant qui emploierait entre 30 et 50 personnes, selon La Tribune qui cite des «sources concordantes». Environ 370 salariés et 450 sous-traitants travaillent actuellement sur le site.

8 milliards d'euros de bénéfices en 2009

Cette annonce interviendrait dix jours avant la publication des bénéfices 2009 de Total, attendus autour de 8 milliards d'euros, relève le quotidien, après 13,9 milliards d'euros en 2008, le plus gros profit jamais enregistré par une entreprise française.

Début décembre, Total avait dit étudier différents scénarios pour la raffinerie, parmi lesquels la fermeture définitive, la vente, un arrêt prolongé ou la transformation en dépôt. D'une capacité de traitement de 137.000 barils par jour, la raffinerie est «en arrêt conjoncturel» depuis mi-septembre, pour résorber ses excès de stocks dans un contexte de faible demande.