L'ex-patron de Vinci au tribunal

— 

Nouvel épisode dans la saga sur la rémunération de l'ex-PDG de Vinci. Antoine Zacharias devra répondre devant la justice de sa rémunération lorsqu'il était à la tête du groupe de BTP et de concessions autoroutières entre 2004 et 2006, a indiqué hier à l'AFP une source judiciaire. Le tribunal de Nanterre avait ouvert une enquête après que des actionnaires avaient déposé une plainte en 2006 pour « abus de biens sociaux ». C'est pour ce motif que l'ancien patron a été assigné, et plus précisément sur plusieurs plans de stock-options (actions gratuites) dont il a bénéficié. Il lui est également reproché d'avoir obtenu de la direction un nouveau mode de calcul de sa rémunération. Il a ainsi pu profiter de 7,5 millions d'euros de salaire en plus sur deux ans, d'une indemnité de départ de 13 millions d'euros ainsi que d'une retraite annuelle de 2,14 millions d'euros. Antoine Zacharias a été forcé à la démission le 1er juin 2006 sous la pression du conseil d'administration. W