« Les enjeux économiques sont très forts »

— 

« La France a pas mal rattrapé son retard dans l'écoconstruction depuis cinq ou six ans, estime François Leroux, chargé de mission chez Oïkos, association à but non lucratif et organisme de formation dans ce secteur. La prise en compte de l'environnement dans la construction [émissions de gaz à effet de serre, consommation d'énergie, etc.], mais aussi dans l'urbanisme [accès à des transports en commun, notamment] est récente. Cela tient à des raisons climatiques - il fait moins froid ici -, mais aussi culturelles. Pendant des années, le béton, le chauffage électrique et la laine de verre ont dominé le BTP. Il y avait une inertie très grande dans le bâtiment, car les enjeux économiques sont très forts. L'écoconstruction ne coûte pas plus cher, mais nécessite de changer les habitudes. » W

Recueilli par A. B.