« Il n'y aura aucun perdant »

— 

Pourquoi ne pas avoir ciblé les entreprises susceptibles de délocaliser, comme le demandait la majorité ?

Cette réforme, nous la faisons pour toutes les entreprises, parce que c'est tout le tissu économique local qu'il faut dynamiser. Mais elle bénéficiera en priorité à l'industrie, qui est la plus vulnérable face aux délocalisations.

Mais les ménages vont se retrouver à payer pour les entreprises, à travers les impôts locaux et l'impôt sur le revenu...

Les impôts des ménages ne sont absolument pas concernés. Je rappelle que le président de la République s'est engagé fermement à ne pas les augmenter.

La baisse des dépenses locales, souhaitée par le gouvernement, est-elle cohérente avec le transfert de compétences, notamment en matière de politique sociale ?

La réforme prévoit une garantie individuelle des ressources pour chaque commune, chaque département, et chaque région. Il n'y aura donc aucun perdant parmi les collectivités territoriales. Il ne s'agit pas d'assécher l'investissement public pour encourager l'investissement privé, mais d'en finir avec un système qui obligeait à choisir entre les deux. En ce moment, nous discutons à l'Assemblée nationale de l'impact de la réforme pour les collectivités territoriales, en toute transparence. W

Recueilli par A. B.