Société Générale: entre 850 euros et 10,7 millions d'euros de bonus en 2007 et 2008

BANQUE Une liste des sommes attribuées à plusieurs salariés a été publiée ce lundi...

Avec agence

— 

Les hauts dirigeants de la Société Générale ont finalement renoncé complètement dimanche à recevoir leurs stock-options, accédant ainsi aux demandes pressantes du gouvernement qui menace de légiférer sur le sujet, alors que la polémique bat son plein depuis mercredi.
Les hauts dirigeants de la Société Générale ont finalement renoncé complètement dimanche à recevoir leurs stock-options, accédant ainsi aux demandes pressantes du gouvernement qui menace de légiférer sur le sujet, alors que la polémique bat son plein depuis mercredi. — Joël Saget AFP/Archives

Nouvelles révélations autour des bonus. Libération publie ce lundi (article payant) la liste du montant des bonus d'une douzaine de salariés d'une salle de marché de la Société générale (traders, analystes, managers, assistants...) en 2007 et 2008, révélant de très forts écarts.

Le journal, qui n'a pas révélé les noms de cette liste, a interrogé plusieurs employés concernés. Ces coups de fils ont «provoqué le panique des traders et de leur hiérarchie», selon le quotidien qui rappelle le côté confidentiel du montant des bonus.

10,75 millions d'euros pour un chef de desk...

Sollicitée, la banque a menacé dans un courrier électronique de le poursuivre s'il révélait les noms des intéressés, affirme Libération.

Dénonçant le montant des sommes et les écarts, le journal explique que «si plusieurs personnes tournent autour du million d'euros, une somme déjà confortable, un chef de desk a touché 10,75 millions d'euros sur la seule année 2007».

..850 euros pour une secrétaire

«Mais d'un autre côté, une analyste financière ne s'est vu attribuer que 15.000 euros, et une secrétaire 850 euros. Le rapport est donc de 1 à 12.500!», ajoute le journal.

En 2007, l'affaire Kerviel et les «subprime» ont fait perdre 2,2 milliards à la Société générale, pourtant la banque a maintenu les bonus et certains ont touché trois millions d'euros, affirme encore Libération. La réglementation des bonus doit être au coeur des discussions du G20, qui se déroule jeudi et vendredi à Pittsburgh aux Etats-Unis.