enrôlées dans la lutte anti-fraude

— 

Empêcher les banques de fermer les yeux. Le ministre du Budget, Eric Woerth, a demandé hier aux établissements installés en France de fournir davantage de données sur les transferts de capitaux à destination des paradis fiscaux, renforcement qui devrait passer par la loi. Cette extension permettra au fisc d'« obtenir des informations sur les mouvements de fonds à destination de pays ciblés » et de détecter plus facilement les avoirs de contribuables français non déclarés à l'étranger, a expliqué le ministère. L'objectif de Bercy est de récolter assez de renseignements pour pouvoir faire jouer les conventions fiscales signées entre la France et un certain nombre d'Etats considérés comme des paradis fiscaux. Eric Woerth a annoncé, fin août, que le fisc était en possession d'une liste de 3 000 résidents français détenant des comptes non déclarés en Suisse, des informations obtenues pour partie à la suite d'un contrôle fiscal mené dans deux banques établies en France. W