Madoff aurait pu être démasqué dès 1992

FRAUDE Le gendarme de la bourse a laissé passer plusieurs occasions d'enquêter correctement sur des accusations visant Madoff...

M. D. avec agence

— 

Bernard Madoff n'a jamais investi les sommes qui lui étaient confiées. Il rémunérait les nouveaux clients avec les fonds des anciens.
Bernard Madoff n'a jamais investi les sommes qui lui étaient confiées. Il rémunérait les nouveaux clients avec les fonds des anciens. — P. FOLEY / EPA / SIPA

La commission des opérations de Bourse américaine (SEC) aurait pu démasquer à plusieurs reprises et depuis longtemps le financier Bernard Madoff, condamné à 150 ans de prison pour une fraude gigantesque, selon une enquête interne rendue publique mercredi.

L'«inexpérience» du personnel

Selon le rapport rédigé par l'inspecteur de la SEC (Securities and Exchange Commission) David Kotz, la commission a laissé passer plusieurs occasions d'enquêter correctement sur des accusations visant Madoff, en raison notamment de l'«inexpérience» du personnel chargé d'examiner ses opérations.

>> A lire également: notre dossier spécial sur l'affaire Madoff, cliquez ici

«La SEC a été plus que suffisamment informée, sous forme de plaintes détaillées et argumentées au cours des années, pour ordonner un examen ou une enquête complète sur une fraude pyramidale menée par Bernard Madoff et (sa société) BMIS», écrit l'auteur du rapport. Or, «bien que trois examens et deux inspections aient été effectués, aucune inspection ni examen minutieux et compétent n'a jamais été réalisé». Les équipes chargées de ce travail étaient «relativement inexpérimentées» et les inspections ont été «insuffisamment préparées», explique le rapport.

«C'est un échec»

La première plainte a été portée à l'attention de la SEC en 1992. Mais ses inspections étaient «trop étroitement ciblées» et «aucune tentative sérieuse» n'a été faite pour analyser les nombreuses anomalies dans les transactions de Madoff. Ce rapport «montre clairement que l'agence a raté de nombreuses occasions de découvrir cette fraude», écrit la présidente de la SEC Mary Schapiro, dans un communiqué séparé. «C'est un échec que nous continuons à regretter, et qui nous a conduits à réformer en de nombreux points la manière dont nous régulons les marchés et protégeons les investisseurs», écrit-elle.

Bernard Madoff a été condamné à 150 ans de prison pour une fraude portant sur plusieurs milliards de dollars et qui a causé la ruine de milliers de personnes et d'institutions, dont des célébrités, des organisations caritatives et de grandes banques.