à Strasbourg, un retournement de tendance tout relatif

— 

Des prix planchers. Si les tarifs des locations ont baissé de 0,8 % au niveau national, ils ont régressé de 2,4 % à Strasbourg depuis janvier. Les appartements dans la capitale alsacienne se négocieraient ainsi en moyenne 11 euros le mètre carré.

« La baisse de 2,4 % me semble un peu élevée. D'autant que nous ne savons pas selon quel panel de biens, ni dans quels quartiers a été réalisée cette enquête, estime pour sa part Gérard Durr, président de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) Alsace. En outre, il faut relativiser les choses. Sur un loyer de 400 euros, 2,4 % ne représente qu'environ 8 euros. Peut-on dès lors parler d'une véritable baisse ? Il s'agit plus d'un phénomène d'arrondi. Si j'ai un bien qui vaut 352 euros, je vais le proposer à 350 euros et même à 349 euros pour être plus commercial. »

Plutôt qu'une chute des prix, Gérard Durr préfère le terme de « stabilisation » des loyers, les tarifs ne devant pas, selon lui, beaucoup évoluer dans les temps à venir. Un studio de 35 m2, situé rue de l'Ail, est actuellement proposé à 400 euros, soit 11,43 euros le mètre carré. Un autre de 32 m2, proche de la place Kléber, est commercialisé 480 euros soit 15 euros le mètre carré. Enfin, un sept pièces de 252 m2, rue du Maréchal-Joffre, est affiché à 10,71 euros le mètre carré (2 700 euros). W

Philippe Wendling