à Marseille, des locataires très peu pressés de déménager

— 

La ville a trop privilégié le haut de gamme.
La ville a trop privilégié le haut de gamme. — GILE / SIPA

Un loyer moins cher, mais pour ceux qui ont pu déménager. Les prix marseillais affichent depuis le début de l'année un niveau moyen de 11,70 euros le mètre carré, en baisse de 2,2 %. Problème : avec la crise, Clameur souligne que la « mobilité résidentielle », pourcentage de locataires qui souhaitent changer d'appartement, a fortement baissé partout en France depuis la crise. En Paca, le phénomène était déjà ancien. La région affiche en 2009 le plus bas taux de mobilité du pays, avec 23,4 % de locataires ayant changé d'appartement, contre 27,7 % en moyenne nationale. Depuis 1998, le taux de mobilité a baissé de 2,2 % en Provence (0,2 % en moyenne nationale), la plus forte baisse de France métropolitaine, allongeant notamment les listes d'attente auprès des organismes HLM.

Les politiques de construction en Paca et à Marseille, qui ont longtemps privilégié le haut de gamme au détriment des logements intermédiaires, pourraient avoir trouvé leur limite. Depuis la crise, plusieurs projets immobiliers mélangeant location et accession à la propriété ont ainsi été gelés, notamment dans les quartiers Sud de Marseille. L'Observatoire immobilier de Provence devrait publier d'ici à fin octobre une nouvelle série de chiffres détaillés sur le premier semestre 2009. Celle-ci permettra alors de confirmer ou non le diagnostic de Clameur. W

Frédéric Legrand