les loyers abritent une baisse

Angeline Benoit

— 

Pour les locataires, ce n'était pas trop tôt. Après dix ans de hausse ininterrompue, les loyers ont reculé de 0,8 % depuis le début de l'année, selon l'étude publiée hier par l'Observatoire des loyers Clameur, issu d'un partenariat entre des acteurs privés et publics majeurs du secteur. A la même époque en 2008, les prix étaient au contraire en hausse de 2,1 %. La baisse concerne toutes les surfaces dans la moitié des villes, contre un quart en 2008. Décryptage.

G

Quels sont les logements concernés ? Ceux pour lesquels le propriétaire est libre d'augmenter le loyer, parce que le locataire est nouveau. Cela représente 30 % du parc privé. Les autres ont vu leur loyer augmenter selon l'indice de référence des loyers, actuellement de 1,31 %.

G

Que s'est-il passé ? L'offre de logements a augmenté alors que la crise a réduit la demande. Les locataires qui le pouvaient ont repoussé leurs projets de déménagement. « Les bailleurs ont commencé à avoir du mal à trouver des candidats solvables, donc ils ont baissé leurs prix pour intéresser des locataires plus pérennes », commente Jean-Michel Guérin, directeur général du groupe de presse De particulier à particulier. De fait, le volume de nouveaux baux est au plus bas depuis la fin des années 1990. Une situation qui ne devrait se débloquer qu'avec la reprise économique.

G

La baisse du prix des loyers est-elle une surprise ? Non. « C'est un mouvement tendanciel depuis 2008. Mais 5 à 10 euros sur un loyer de 500 euros pour un studio, par exemple, cela ne se remarque pas beaucoup », explique Jean-Michel Guérin. L'Observatoire des loyers Clameur prévoit un recul de 1 à 1,5 % sur l'année. W