Les récents propriétaires moins ravis

— 

Près de 90 % des logements loués dans le privé sont la propriété de particuliers. La rentabilité de leur investissement dépend très directement du prix qu'ils obtiennent de leurs locataires. « Pour ceux qui ont acheté en 2007, quand le marché était au plus haut, la baisse des loyers est une mauvaise nouvelle. Mais ceux qui ont acquis leur bien il y a dix ans, quand l'immobilier était bon marché, s'en tirent toujours bien », analyse Christian Micheaud, directeur du site d'information spécialisée pierrepapier.fr.

Globalement, les conséquences seront limitées pour le secteur. Le coût historiquement élevé du mètre carré a déjà découragé de nombreux ménages qui envisageaient d'acheter pour louer, à l'exception de ceux qui peuvent bénéficier d'avantages fiscaux (dispositifs « Robien » etc). Par ailleurs, l'ampleur de la baisse des loyers reste faible et elle concerne surtout les grandes agglomérations. Or celles-ci sont encore relativement chères : au-dessus de 14 euros par mois le mètre carré loué, contre 8 euros dans une plus petite ville. W

A. B.