Molex: direction et salariés campent sur leur position

SOCIAL Les dirigeants restent déterminés à fermer l'usine après une rencontre avec Christian Estrosi ce mardi...

C. F. (avec agence)

— 

 









 
 
      — P. PAVANI / AFP

Le bras de fer continue. La direction de l'équipementier automobile Molex est restée déterminée ce mardi à fermer cet automne son usine de Villemur-sur-Tarn, près de Toulouse, après une rencontre à Bercy avec le ministre de l'Industrie Christian Estrosi.

>> Retrouvez tous nos articles sur Molex ici

Ce dernier a déclaré de son côté avoir demandé «une période de transition» de 18 à 24 mois avec «maintien de l'activité partielle», qui permette «d'organiser une diversification de l'activité» en vue d'une reprise.

Prête à rencontrer un repreneur potentiel

Seule concession de la direction, elle s'est dit prête à rencontrer un repreneur potentiel, dont Christian Estrosi n'a pas révélé le nom, dans les dix jours. Molex n'envisage toutefois pas de céder son activité, le groupe continuant d'être présent sur le marché automobile européen.

Les 283 salariés de Molex (connectique) se battent depuis dix mois contre la fermeture prévue fin octobre de leur usine, qu'ils estiment économiquement viable. Les syndicats ont fait savoir qu'ils diront mercredi au ministre de l'industrie leur volonté de «garder l'outil de travail, les machines mais aussi les brevets et le carnet de commandes».

«Personne ne va acheter sans les machines»

«Ils veulent bien laisser les machines mais personne ne va acheter cela sans le reste, pour nous c'est aussi les brevets et le carnet de commandes de PSA Peugeot-Citroën», a expliqué Denis Parise de la CGT.

Le secrétaire du Comité d'entreprise a par ailleurs réaffirmé que «les représentants du personnel ne participeront pas au CE prévu jeudi s'il n'y a pas d'engagement écrit de la direction de payer les salaires d'août».