Quatre ans après, les ex-salariés de Flodor seront indemnisés

SOCIAL Le tribunal de grande Instance de Péronne leur a donné raison face à Unichips...

C. F.

— 

Une victoire à retardement. Les 173 ex-salariés de Flodor vont finalement obtenir réparation quatre ans après la fermeture de leur usine de Péronne, dans la Somme, indique France Info ce mercredi matin.

Le tribunal de grande Instance de Péronne a condamné Unichips, la société mère de Flodor, et deux de ses succursales, à leur verser des indemnités comprises entre 20.000 et 50.000 euros. Selon la radio, la justice a estimé que le plan de sauvegarde de l’emploi proposé par Unichips avait été insuffisant. Le groupe n'a pas encore indiqué sa décision de faire appel ou non.

Au micro de France Bleu Picardie, Guy Bachelet réagit après avoir passé 30 ans chez Flodor: «C’est inespéré pour moi», confie-t-il alors qu'il travaille aujourd’hui seulement quatre heures par jour pour 600 euros par mois. Et d'ajouter: c’est une victoire «du pot de terre contre le pot de fer».