Barack Obama et Benoît XVI ont parlé avortement

PB avec AFP

— 

Rencontre entre le Pape Benoît XVI et Barack Obama au Vatican le 10 juillet 2009.
Rencontre entre le Pape Benoît XVI et Barack Obama au Vatican le 10 juillet 2009. — J.REED/REUTERS

Le président américain et le pape ne sont pas d'accord sur tout. Vendredi Barack Obama s'est cependant engagé auprès de Benoît XVI à tenter de réduire le nombre d'avortements. Le Vatican n'a pas donné de détails. Mais dans la lignée des discours de campagne d'Obama, on peut parier sur davantage de prévention –Obama est «pro choice», favorable à laisser aux femmes la décision d'avorter ou non.

 

Il s'agissait de la première rencontre entre les deux hommes. Obama s'est rendu au Vatican depuis L'Aquila, où se déroulait le G8. «C'est un grand honneur. Merci beaucoup», a dit le président américain en échangeant au début de la rencontre une poignée de main chaleureuse avec Benoît XVI, qui était vêtu d'une soutane blanche et d'une courte cape rouge.

 

Installés face à face dans la bibliothèque, les deux hommes se sont prêtés tout sourire à la traditionnelle séance de photos. L'entretien en tête à tête a duré une quarantaine de minutes. A l'issue de la rencontre, le pape a dit qu'il «priera» pour le président américain, qui, pour sa part, a déclarer «espérer construire une relation forte entre les deux Etats».

 

Michelle Obama, portant une robe noire à manches longues et les cheveux couverts d'une mantille, a ensuite rejoint son époux après avoir visité la basilique Saint-Pierre et la chapelle Sixtine, pour être présentée au pape. Ses deux filles Malia et Sasha, 10 et 8 ans et sa mère, Marian Robinson, ainsi qu'ne dizaine de personnes de son entourage, ont aussi été présentées à Benoît XVI.

 

Embryons et Proche-Orient

 

Selon un communiqué du Vatican, les deux hommes ont notamment discuté de la «défense de la vie», du «droit à l'objection de conscience», ainsi que de «l'immigration» et de la «paix au Proche-Orient».

 

Au-delà de l'avortement, plusieurs questions sociétales divisent le président Obama et le pape, qui entretenait d'excellents rapports avec George W. Bush. Obama est notamment favorable aux recherches sur les cellules souches embryonnaires. Benoît XVI lui a d'ailleurs remis un exemplaire du document «Dignitas Humanae», publié par le Vatican en décembre dernier, qui étend la «dignité» d'être humain à l'embryon et condamne donc les nouvelles techniques médicales ou scientifiques qui lui portent atteinte d'une manière ou d'une autre.

 

On ne sait pas si les deux hommes ont parlé du mariage. Obama a plusieurs fois affirmé que le mariage était selon ses convictions «l'union entre un homme et une femme». Il a cependant promis à la communauté homosexuelle, qui s'impatiente face aux maigres avancées, qu'il serait «leur champion».