Un rayon d'histoires entre les oreilles

Angeline Benoit

— 

Le prix du livre audio reste encoreélevé par rapport à un livre de poche : de 15 à 25 euros.
Le prix du livre audio reste encoreélevé par rapport à un livre de poche : de 15 à 25 euros. — OJO / REX / SIPA

Lire, allongé au soleil... les yeux fermés. Ou en faisant Paris-Marseille en voiture. Ou même en rangeant la maison. Les éditeurs de livres audio assurent que ce format suscite de plus en plus d'adeptes. Si le plus gros succès reste Millénium de Stieg Larsson, dont les trois tomes (6 CD MP3 soit 60 h d'écoute) se sont vendus à 30 000 exemplaires, l'éditeur Audiolib espère désormais faire un tabac avec Fascination, de Stéphanie Meyer. Les deux premiers tomes viennent de sortir et les deux derniers doivent suivre à la rentrée. Les chapitres peuvent être écoutés à partir d'un ordinateur, d'un lecteur de CD ou téléchargés sur un baladeur MP3.

« Le marché est porté par l'augmentation du temps de transport et l'émergence de loisirs de plus en plus mobiles. L'an dernier, les ventes de livres audio pour adultes ont augmenté de 50 % », affirme Valérie Lévy-Soussan, directrice de collection chez Audiolib, une filiale de France Loisirs, Hachette et Albin Michel lancée il y a seize mois. En réalité, le phénomène en est encore à ses balbutiements dans l'Hexagone (moins de 1 % du marché du livre). « La moyenne d'âge des clients reste de 45 ans, reconnaît Valérie Lévy-Soussan. Un tiers des acheteurs écoutent les livres dans les transports, un tiers chez eux et un tiers n'ont pas d'autre moyens de lire, parce qu'ils sont âgés ou mal voyants. » De fait, il faut être motivé pour acheter ces livres. Oscillant entre 15 et 25 euros, le prix du livre audio reste élevé par rapport à un livre de poche, même s'il se rapproche des grands formats. Par ailleurs, il est peu présent en grande distribution, et les librairies elles-mêmes sont parfois réticentes à mettre en place un rayon. « Il y a 60 000 nouveaux livres par an. Les libraires sont saturés », souligne Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française, tout en estimant que « si le marché se développe, les libraires ne vont pas le négliger ». W