Bataille d'amendements sur le travail le dimanche

— 

« Le gouvernement veut faire croire qu'une version très adoucie de son texte sur le travail dominical sera présentée en juillet. En réalité, il s'agit d'une généralisation sans contrepartie pour les salariés », a dénoncé hier Jean-Marc Ayrault, président des députés PS, annonçant qu'il avait écrit à l'ensemble des parlementaires « pour les alerter ».

Débuté en décembre, le débat sur la proposition de loi Mallié avait été rapidement suspendu faute d'accord au sein de la majorité UMP, et d'une forte mobilisation de l'opposition. Mais sous l'impulsion du président de la République, Nicolas Sarkozy, le projet a été ressorti des cartons. « Un amendement a été adopté en commission. Il permettra à toutes les entreprises situées dans une commune déclarée touristique d'imposer à ses salariés de travailler le dimanche, sans augmentation de salaire », a souligné Jean-Marc Ayrault. Le PS a identifié 5 000 communes qui seront touchées à terme, et principalement toutes les grandes villes comme Paris, Lille, Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, etc. Mercredi, la commission a aussi adopté un amendement supprimant l'obligation pour l'employeur de vérifier tous les ans avec chaque salarié s'il souhaite travailler ou non le dimanche. La proposition de loi, dont l'examen s'annonce houleux, arrive devant l'Assemblée le 6 juillet. W

A. B.