Apec : Petite baisse des intentions d’embauche des cadres mais les difficultés de recrutement restent le vrai problème

BAROMETRE L’Association pour l’emploi des cadres note que « les difficultés de recrutement ne se tarissent pas et atteignent des niveaux records »

20 Minutes avec AFP
Dans des bureaux en France (illustration).
Dans des bureaux en France (illustration). — HUSSEIN SAMIR/SIPA

Les conséquences économiques de la guerre en Ukraine commencent à avoir une incidence sur l’emploi des cadres. Les intentions de recrutement accusent un léger recul avec 10 % d’entreprises qui envisagent d’embaucher au moins un cadre au 3e trimestre contre 13 % au deuxième, selon le dernier baromètre de l'Apec publié ce lundi.

« Le léger fléchissement des intentions d’embauches de cadres, amorcé dès le mois de mars dans un contexte d’incertitude liée à l’invasion russe en Ukraine, se confirme », souligne l’Association pour l’emploi des cadres. Pour autant, l’Apec explique que « les difficultés de recrutement ne se tarissent pas et atteignent des niveaux records : 84 % des entreprises les anticipent pour le 3e trimestre, un niveau encore jamais atteint (30 points de plus qu’en septembre 2020) ».

Ce « n’est pas une fatalité »

« Ces difficultés à recruter représentent aujourd’hui une véritable menace pour le développement économique des entreprises. Ce n’est pourtant pas une fatalité. Il existe un vivier de compétences disponibles qui aspirent à travailler, par exemple parmi les seniors mais aussi chez les jeunes diplômés », plaide le directeur général de l’association, Gilles Gateau.

Le volume d’offres d’emploi publiées sur apec.fr est resté par ailleurs « très bien orienté au deuxième trimestre au regard de son niveau d’avant crise sanitaire (+18 % par rapport au 2e trimestre 2019) », indique l’Apec.