Or noir : Les géants pétroliers encaissent des profits records malgré la crise

PÉTRODOLLARS Chaque semaine, « 20 Minutes » met en lumière une infographie créée par son partenaire Statista

20 Minutes avec Statista
— 
Les grands groupes pétroliers encaissent des profits records avec la flambée des prix de l'énergie
Les grands groupes pétroliers encaissent des profits records avec la flambée des prix de l'énergie — Jernej FURMAN / Flickr, CC BY 2.0

Si le ministre de l’Économie s’est félicité de l’annonce par TotalEnergies, le 22 juillet 2022, de remises à la pompe jusqu’à la fin de l’année, il a omis de préciser que le groupe hexagonal pouvait largement se le permettre ! Car cette année de crise dégage déjà des gagnants : les grands groupes pétroliers, qui encaissent des profits records avec la flambée des prix de l’énergie.

Le géant français de l’énergie, Total, a par exemple annoncé un bénéfice de 5,7 milliards de dollars au deuxième trimestre, soit une hausse de plus de 60 % par rapport à l’année dernière. « C’est la première fois depuis vingt-cinq ans que je vois toutes nos activités profiter d’un tel contexte de prix », a commenté Patrick Pouyanné, le PDG du groupe.

Des marges juteuses… mais diversement appréciées

Les autres géants pétroliers ne sont pas en reste. La compagnie anglo-néerlandaise Shell a enregistré un bénéfice de 11,5 milliards de dollars d’avril à juin, soit plus du double de celui réalisé à la même période en 2021. La situation est même encore plus profitable aux groupes américains ExxonMobil et Chevron, qui ont vu leurs profits plus que tripler, pour atteindre respectivement 17,9 et 11,6 milliards de dollars au deuxième trimestre. À titre de comparaison, c’est plus que le bénéfice trimestriel moyen d’Amazon l’année dernière (8,3 milliards de dollars en 2021).

Ce graphique montre l'évolution des bénéfices d'une sélection de compagnies pétrolières & gazières entre 2021 et 2022
Ce graphique montre l'évolution des bénéfices d'une sélection de compagnies pétrolières & gazières entre 2021 et 2022 - STATISTA

Les marges juteuses dégagées par les raffineries sont toutefois vues d’un œil critique. Comme le rapporte France 24, Exxon et Chevron se retrouvent dans le collimateur de l’administration Biden aux États-Unis, qui leur reproche de ne pas faire suffisamment d’efforts financiers pour limiter la flambée des prix à la pompe. Début juin, le président américain avait même ironisé à leur égard, en avançant qu’Exxon allait « gagner plus d’argent que Dieu » cette année.

Le chancelier allemand, Olaf Scholz, s’est lui aussi exprimé de manière critique en juillet : il a ainsi déploré sur Twitter que « certaines entreprises réalisent des bénéfices particulièrement importants dans la situation actuelle, avec la hausse des prix de l’énergie ». Avant d’ajouter qu’il ne trouvait « pas ça correct ».