« Nous sommes restés dans l’enveloppe budgétaire » sur le pouvoir d’achat, se réjouit Bruno Le Maire

INFLATION « Nous avons tenu notre ligne politique », estime le ministre de l'Economie

20 Minutes avec AFP
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, le 25 juillet 2022.
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, le 25 juillet 2022. — Jacques Witt/SIPA

Quelques heures après l’adoption en première lecture du projet de budget rectificatif, le ministre des Finances Bruno Le Maire s’est félicité mercredi que les débats à l’Assemblée aient permis de « rester dans l’enveloppe budgétaire » initialement prévue par le gouvernement.

« Nous avions un paquet à 20 milliards d’euros » de mesures de soutien face à la forte inflation, a rappelé sur France Inter le numéro 2 du gouvernement, qui ne dispose que d’une majorité relative au Palais-Bourbon. « Nous avons dépassé l’enveloppe de 350 millions d’euros », a-t-il estimé. Un surcoût légèrement sous-évalué par le ministre, et qui est imputable aux aides accordées aux ménages se chauffant au fioul (230 millions d’euros) et aux collectivités (150 millions d’euros), a détaillé Bercy.

« Nous avons tenu notre ligne politique »

Au total, l’enveloppe accordée aux collectivités atteint même 300 millions d’euros, entre les aides aux communes en difficulté et la compensation pour les départements de la revalorisation du RSA, mais le gouvernement assure qu’il avait déjà prévu d’intégrer la moitié de cette hausse dans le texte discuté à l’Assemblée.

Par conséquent, « nous sommes restés dans l’enveloppe budgétaire », a conclu Bruno Le Maire. « Nous avons tenu notre ligne politique », s’est félicité le ministre. « J’avais indiqué qu’il fallait valoriser le travail, nous l’avons fait ; qu’il ne fallait pas augmenter les impôts mais les baisser ; nous l’avons fait ; et qu’il fallait sortir de ce texte sans avoir lâché sur la dépense publique », a énuméré le patron de Bercy.

Revalorisation en vue

Second volet de la batterie de mesures prévues par le gouvernement pour soutenir les ménages et les entreprises, le projet de budget rectificatif a été voté dans la nuit de mardi à mercredi par l’Assemblée nationale. Adopté par 293 députés (146 voix contre), le texte qui ouvre 44 milliards d’euros de crédits doit désormais être examiné par le Sénat.

Mercredi sur France Inter, Bruno Le Maire a également assuré qu’il y aurait une « nouvelle revalorisation » des pensions de retraite en janvier 2023, « parce que l’inflation va augmenter d’ici là ». Les pensions de retraite ont été revalorisées automatiquement de 1,1 % en janvier, et l’Assemblée a voté la semaine dernière une hausse supplémentaire de 4 %, rétroactive au 1er juillet.