Les stocks de gaz français sont remplis à 75 %, se félicite le gouvernement

RESERVES « La Commission européenne nous demandait 52 % au 1er août »

20 Minutes avec AFP
Le gazoduc Nord Stream 1 de la mer Baltique à Lubmin, en Allemagne, le mercredi 20 juillet 2022.
Le gazoduc Nord Stream 1 de la mer Baltique à Lubmin, en Allemagne, le mercredi 20 juillet 2022. — Stefan Sauer/AP/SIPA

Paris veut remplir les stocks en prévision d’un hiver rude, à l’aune de la guerre en Ukraine. Les stocks français de gaz sont actuellement remplis à 75 %, a indiqué ce mercredi la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher. L’objectif : qu’ils soient pleins à l’automne.

« Sur les stockages de gaz stratégiques, nous affichons une avance de près de 20 points par rapport à nos obligations. Nous sommes à 74 % de remplissage de nos stockages stratégiques ce matin, 75 % même, là où la Commission européenne nous demandait 52 % au 1er août », a-t-elle déclaré sur LCI.

Baisse drastique des livraisons russes

« Notre objectif, c’est d’arriver à 100 % avant le 1er novembre », a-t-elle rappelé. Le gouvernement avait annoncé fin juin ce nouvel objectif face aux craintes de pénurie de gaz russe, alors que l’obligation était fixée auparavant à 85 %.

Les ministres de l’Énergie de l’Union européenne se sont accordés mardi à Bruxelles pour que leurs pays réduisent leur consommation de gaz de façon coordonnée, volant ainsi au secours de l’Allemagne, après l’annonce d’une nouvelle baisse drastique des livraisons russes. « C’est un très bon accord », a salué Agnès Pannier-Runacher.

Le nucléaire en ligne de mire

La ministre a par ailleurs évoqué la question de l’électricité, alors que l’arrêt de nombreux réacteurs nucléaires suscite des craintes pour l’approvisionnement l’hiver prochain. « Sur nos 56 réacteurs, 12 sont à l’arrêt aujourd’hui pour des soupçons ou des découvertes avérées de corrosion. L’Autorité de sûreté nucléaire rendra son avis aujourd’hui sur le plan proposé par EDF, pour dire si ce plan lui paraît approprié ou non », a-t-elle indiqué.

« Je ne peux pas préjuger de l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire mais nous aurons l’information dans la journée », a souligné la ministre, rappelant que 18 autres réacteurs sont par ailleurs arrêtés pour des maintenances programmées. « Aujourd’hui 30 réacteurs sur 56 sont arrêtés mais sur ces 30 réacteurs, il y en a 18 qui ont évidemment vocation à redémarrer, selon un plan qui a d’ailleurs été communiqué et qui est public, dans les semaines qui viennent », a-t-elle rappelé.