Les grandes enseignes de la distribution s’accordent sur un plan de « sobriété énergétique »

ECONOMIE Face à la possible pénurie d’électricité annoncée, les supermarchés revoient leur consommation d’énergie

M.d.F. avec AFP
— 
Un Carrefour City éclairé la nuit à Paris.
Un Carrefour City éclairé la nuit à Paris. — Xavier Francolon/SIPA

Il aura fallu une guerre… Toutes les grandes enseignes de la distribution se sont accordées lundi sur un plan commun de « sobriété énergétique » qui sera appliqué à partir du 15 octobre prochain. Au programme : Extinction des enseignes dès la fermeture, baisse de la température, ou encore réduction de l’éclairage.

Ces mesures ont été définies par la fédération Perifem, qui rassemble l’ensemble des acteurs de la distribution pour agir sur les sujets énergétiques ou environnementaux. Ce « protocole énergétique de crise » s’appliquera dans les E.Leclerc, Carrefour, Système U, Les Mousquetaires Intermarché, Auchan, Casino, Franprix, Monoprix, Lidl ou encore Picard. La fédération justifie cette décision « Devant le risque de possibles  pénuries d’approvisionnement électrique annoncées par le gouvernement pour cet hiver ».

Dans le détail, le protocole consistera à « éteindre les enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin », mais aussi à « systématiser la baisse d’intensité lumineuse ». Le protocole prévoit notamment de diminuer l’éclairage de la surface de vente de 30 % sur les périodes critiques de consommation. D’autres mesures d’une gestion plus sobre de l’énergie sont aussi prévues « comme la coupure du renouvellement d’air la nuit ou le décalage de la production de glace ».

Ces mesures sont aussi des mesures d’économie pour les enseignes, face à la hausse du coût de l’énergie. Alors que « la facture électrique représentait 30 % » du résultat net des enseignes « avant les récentes envolées des coûts de l’énergie », il est « essentiel de réduire la facture énergétique et de se mobiliser ensemble pour éviter une répercussion trop importante sur les prix pour les consommateurs », reconnaît la fédération, alors que la Loi Élan prévoit en outre une réduction de la consommation énergétique des magasins de 40 % à horizon 2030.