Voyage : Comment (bien) préparer ses bagages lorsque l’on s’apprête à prendre un avion

CHECK-IN Nos valises ne sont – hélas – pas toujours conformes aux règles de certaines compagnies aériennes

Julie Polizzi pour 20 Minutes
— 
À l'heure de boucler votre valise, assurez-vous de respecter les restrictions imposées par votre compagnie aérienne.
À l'heure de boucler votre valise, assurez-vous de respecter les restrictions imposées par votre compagnie aérienne. — iStock / City Presse

Si les voyageurs aguerris ont en général en mémoire les principales restrictions concernant les bagages en avion, bon nombre de touristes se font tout de même régulièrement piéger par l’entrelacs de consignes. On fait une piqûre de rappel.

La sécurité avant tout

La réglementation aérienne est beaucoup plus stricte que le transport ferroviaire en matière de sécurité. Mieux vaut donc laisser à la maison tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à une arme, y compris votre ceinture fantaisie en forme de cartouchières ! De même, le couteau multifonction qui vous accompagne partout et votre rasoir ouvert (sauf s’il a une sécurité ou qu’il est jetable) devront aller en soute. Vous pouvez en revanche conserver vos petits ciseaux à ongles ou votre pince à épiler en cabine.

Mais le plus souvent, ce sont les liquides qui jouent de mauvais tours aux voyageurs. En raison de plusieurs attentats, l’Union européenne limite depuis 2006 ces produits en cabine. Flacons de shampoing, de gel douche, de lotion et autre crème ne doivent pas excéder 100 ml chacun, sachant que le tout doit tenir dans un seul sac en plastique transparent refermable et ne pas dépasser un litre.

Pensez en outre à le placer sur le dessus de votre bagage puisque vous devrez le sortir au moment du contrôle de sécurité. Et attention à emporter une gourde vide pour passer le portique ou à acheter une bouteille d’eau après ce dernier, sans quoi il faudra la jeter ! Enfin, ces restrictions s’appliquent aussi aux boissons, confitures, sauces, pâtés et autres mousses que vous voudriez rapporter en souvenir. À moins de vous les procurer dans l’espace duty free, il faudra donc les placer en soute.

La taille et le poids de la valise peuvent aussi donner des sueurs froides
La taille et le poids de la valise peuvent aussi donner des sueurs froides - IStock / City Presse

Des dimensions variables

La taille et le poids de la valise peuvent aussi donner des sueurs froides ! En effet, la législation impose que les passagers puissent emporter gratuitement au moins un bagage cabine. Bémol : les dimensions admises sont laissées au libre choix de la compagnie… Alors qu’Air France accepte par exemple un sac ou une valise de 12 kg mesurant 55 x 35 x 25 cm, les low cost limitent ainsi cette gratuité à « un petit bagage » de 45 x 36 x 20 cm pour EasyJet mais de seulement 40 x 25 x 20 cm chez Ryanair. Au-dessus de ces seuils, il faudra payer l’option ou opter pour un billet plus cher.

Dès lors, il est indispensable de consulter les conditions générales du transporteur au préalable, sans quoi votre bagage à main pourrait être reclassé en soute moyennant un supplément de prix ! Attention également à vérifier les règles de toutes les compagnies sur lesquelles vous allez devoir voler si jamais vous avez plusieurs correspondances.

Gare à la soute

Si les bagages en soute obéissent eux aussi à des contraintes de poids (une vingtaine de kilos sans supplément) et de sécurité (aucun objet contondant ou tranchant), ils laissent davantage de latitude.
Mais gare aux mauvaises surprises car sacs et valises sont malmenés durant le transport. N’y placez donc aucun objet fragile, électronique ou précieux. D’autant plus que la plupart des compagnies excluent tout remboursement en cas de dommage ou de perte de ces types d’objets (consultez les conditions générales). Le cas échéant, vous devrez donc en passer par une déclaration préalable et le paiement d’un surcoût pour que vos biens soient couverts en cas de souci.

Plus largement, conservez sur vous vos effets personnels indispensables tels que portefeuille, clés, papiers d’identité et smartphone pour éviter de vous retrouver démuni en cas de retard ou de perte de votre valise en soute.

L’indemnisation encadrée

Votre valise n’était pas à l’aéroport d’arrivée ? Signalez immédiatement son absence à la compagnie au guichet ou via son site Internet.
Sachez que le transporteur a 21 jours pour retrouver votre bagage et vous le livrer. Si vous avez dû acheter des produits de première nécessité dans l’intervalle (hygiène, sous-vêtements…) gardez tous les tickets de caisse. Vous pourrez réclamer leur remboursement dans les 21 jours suivant la réception de votre valise grâce à un formulaire dédié en ligne. Mais, attention à limiter les achats car les compagnies sont tatillonnes !
Si votre bagage n’a pas reparu après 21 jours, il est considéré comme perdu. À défaut de justificatifs sur son contenu, l’indemnisation est alors calculée selon un forfait d’environ 20 € par kilo.
Enfin, si votre sac ou votre valise est arrivé endommagé, vous avez 7 jours pour réclamer un dédommagement en fournissant un maximum de preuves (photos des biens abîmés, factures d’achat).