Les agriculteurs lèvent le camp

SOCIAL La plupart des blocages ont été levés ou sont en passe de l'être à la suite des annonces de Michel Barnier sur le contrôle des marges et des prix...

Avec agence

— 

Manifestation d'agriculteurs, devant un dépôt de la grande distribution à Saint Etienne de Montluc près de Nantes, le 11 juin 2009.
Manifestation d'agriculteurs, devant un dépôt de la grande distribution à Saint Etienne de Montluc près de Nantes, le 11 juin 2009. — Stephane Mahe / REUTERS

La plupart des blocages de centres d'approvisionnement des grandes surfaces ont été levés ou sont en passe de l'être, assure ce samedi après-midi la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), à l'origine de la mobilisation, et des Jeunes agriculteurs (JA, proches de la FNSEA). L'accès aux parkings de cinq grandes surfaces d'Ille-et-Vilaine restait toutefois bloqué samedi après-midi par des agriculteurs, a-t-elle précisé.

Un peu plus tôt, le syndicat avait indiqué qu'une vingtaine de plates-formes de distribution restaient bloquées dans tout l'Hexagone, sauf en Ile-de-France et Nord-Pas-de-Calais.

Une «brigade de contrôle»

Entre temps, Michel Barnier a annoncé qu'il allait «généraliser les contrôles» sur les prix dans la grande distribution et «sanctionner quand il le faudra», appelant à plus «des progrès» sur la «transparence» des prix et marges. Une «brigade de contrôle» composée d'inspecteurs et contrôleurs de la Direction générale de la concurrence et de la consommation (DGCCRF) va être créée à cet effet.

Le ministre de l'Agriculture a rencontré les agriculteurs ce samedi matin avec Luc Chatel, le secrétaire d'Etat à l'Industrie et à la Consommation, pour tenter de trouver une issue au conflit. Une nouvelle réunion doit par ailleurs rassembler mercredi les agriculteurs et les représentants de la grande distribution autour de la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a précisé Michel Barnier.

Certains produits venaient à manquer

Il appartient aux agriculteurs «sur le terrain» de décider de la poursuite ou pas du mouvement de blocage, avait alors déclaré Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA

Les agriculteurs bloquaient depuis plus de 24 heures des plates-formes d'approvisionnement des grandes surfaces où certains produits venaient à manquer. Selon la Fédération du Commerce et de la Distribution, qui appellait à l'arrêt des blocages, il pouvait déjà manquer «jusqu'à 25% des produits laitiers» dans certains rayons vendredi et ce chiffre pourrait dépasser les «50%» dès samedi ou lundi.

Maintenir la pression

Le mot d'ordre officiel appelait à deux jours de blocage à partir de jeudi soir mais, dans le grand ouest, certains agriculteurs se sont mobilisés dès le week-end dernier sous l'impulsion d'éleveurs en colère contre le récent accord sur le prix du lait, jugé très insuffisant.

Vendredi, les agriculteurs de Gironde, Pays-de-Loire, Vaucluse, Allier, selon la FNSEA, ont arrêté leur mouvement, après l'annonce de la réunion de ce samedi, mais dans l'ouest les agriculteurs en colère ont maintenu la pression dans la soirée, avec notamment de gros rassemblements à Saint-Brieuc, au Mans et dans le Morbihan.

>> A lire également: notre reportage à Bordeaux, c'est par ici

>> L'actu se construit avec vous. Vous observez des problèmes d'approvisionnement dans votre supermarché dès aujourd'hui? Envoyez nous vos témoignages et vos photos par téléphone au 33320 ou par mail à 3320@20minutes.fr