Cette carte annonce la fin des petites lignes de train en 2030… mais elle ne provient pas de la SNCF

FAKE OFF Un internaute a produit cette carte pour alerter sur la dégradation progressive du réseau ferroviaire

Romarik Le Dourneuf
— 
Les TER seraient les grandes victimes de la dégradation du réseau ferroviaire. (Illustration)
Les TER seraient les grandes victimes de la dégradation du réseau ferroviaire. (Illustration) — G . VARELA / 20 MINUTES
  • Des internautes ont posté une carte du futur réseau ferroviaire français, amputé de ses « petites lignes ». Un projet qui émanerait de la SNCF elle-même.
  • Cette carte a été réalisée par un internaute, qui anticipe la future disparition de ces lignes en raison de leur dégradation.
  • Ces dégradations seraient les conséquences du contrat de performance signé en avril entre l’Etat et la SNCF et décrié par le Sénat et l’Autorité de régulation des transports.

Fini le Guingamp-Carhaix ? Adieu la liaison Caen-Cherbourg ? Selon plusieurs internautes, la SNCF aurait prévu la destruction de toutes les petites lignes de train dans un nouveau projet pour le réseau ferré français.

Certains avancent même une carte du « futur projet ferroviaire », montrant un « avant/après » avec un plan du réseau actuel et son devenir, dix ans plus tard, décharné, allégé de toutes les petites lignes. « Il ne restera bientôt plus que les lignes Paris-Lyon et Paris-Marseille », commente un internaute sur le réseau Telegram.

Des publications attribuent ces plans à la SNCF.
Des publications attribuent ces plans à la SNCF. - Capture d'écran

Beaucoup s’émeuvent du message et des conséquences environnementales soi-disant envoyées par le gouvernement. D’autres s’emportent contre la prétendue cupidité de l’entreprise française qui privilégie les grandes lignes, « vaches à lait », au détriment des habitants de zones rurales. Mais si elle est inquiétante pour les usagers, peut-on faire confiance à cette projection ?

FAKE OFF

Cette carte ne provient pas de SNCF Réseau, la filiale du groupe en charge des voies et des postes d’aiguillages. Une rapide recherche sur Twitter ramène à un fil de discussion – un « thread » – publié le 3 juillet. L’auteur de ce fil est BB27000, conducteur de train et twittos bien connu des amateurs du transport ferroviaire pour ses contenus pédagogiques.

Contacté par 20 Minutes, Wilfried Demaret, son nom à la ville, confirme être l’auteur du fil de discussion et de la carte. Mais à aucun moment il ne prétend qu’elle représente un projet officiel de la SNCF, et n’a pas un objectif de désinformation.

La projection des conséquences du nouveau contrat Etat-SNCF Réseau

Dans son thread, Wilfried Demaret alerte sur les conséquences du contrat de performance signé entre l’Etat et SNCF Réseau le 6 avril dernier. Ce document, paraphé discrètement quatre jours avant le premier tour de la présidentielle, doit fixer la trajectoire de SNCF Réseau jusqu’en 2030. Très critiqué, il prévoit notamment d’investir 2,8 milliards d’euros par an pour la régénération du réseau, mais rien pour sa modernisation.


Selon Wilfried Demaret, au regard des besoins et de l’inflation, cet investissement serait largement insuffisant. Le manque d’entretien entraînera une détérioration progressive des lignes jusqu’à l’interdiction de circulation, et donc la fermeture de ces lignes. Le conducteur de train ajoute que les lignes, dont l’affluence est moindre, seront les premières victimes du manque de moyens.

C’est en se basant sur le classement des lignes les moins fréquentées et une carte du réseau SNCF de 2001, « très proche du réseau actuel », que Wilfried Demaret a effacé toutes les lignes qui disparaîtront dans dix ans selon ses prévisions, pour obtenir la fameuse carte qui circule sur Internet.

Sénat, Régulateur et SNCF alertent sur la dégradation du réseau

Si cette carte n’est pas une projection officielle, rien ne permet d’affirmer aujourd’hui que des « petites » lignes ne seront pas menacées en France d’ici à 2030. Outre Wilfried Demaret, de nombreuses voix se sont élevées contre ce contrat de performance. Parmi elles, le Sénat a pesté à deux reprises contre l’insuffisance des ambitions et des moyens : « Ce contrat acte le vieillissement du réseau pour les lignes structurantes régionales. »

L’Autorité de régulation des transports (ART), par la voix de son président, Bernard Romana, a elle dénoncé « une occasion manquée » et alerté des risques de dégradation du réseau. Le président-directeur général de SNCF Réseau, Luc Lallemand, a lui-même regretté le manque d’ambitions du contrat devant la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, le 16 février 2022.

Sollicitée par 20 Minutes, SNCF Réseau n’avait pas répondu à l’heure de la publication de cet article.