Transports aériens : Après des retards et des annulations, Air France présente ses « profondes et sincères excuses » à ses passagers

AERIEN La raison ? Une grève des salariés de l’aéroport de Roissy

20 Minutes avec AFP
— 
Un Boeing 777 de la compagnie Air France à Paris en janvier 2022 (illustration)
Un Boeing 777 de la compagnie Air France à Paris en janvier 2022 (illustration) — Jacques Witt/SIPA

La directrice générale d’Air France a présenté ce lundi ses « profondes et sincères excuses » après des perturbations de vols ces derniers jours, dues notamment à une grève des salariés de l’aéroport de Roissy  où des milliers de bagages sont encore bloqués.

« Le réacheminement à destination de la totalité des bagages retardés prendra jusqu’à plusieurs jours », a souligné Anne Rigail dans un message aux clients.

Mouvements sociaux

La situation découle des « mouvements sociaux qui ont très fortement perturbé le fonctionnement des trieurs de bagages » vendredi à Roissy-Charles-de-Gaulle (CDG), a indiqué la dirigeante.

Des salariés du gestionnaire des aéroports parisiens, le groupe ADP, dont des pompiers, ont fait grève le week-end dernier pour réclamer une revalorisation des salaires.

Outre des retards, cela s’est traduit chaque jour par des dizaines d’annulations préventives de vols au départ ou à l’arrivée de CDG pour des raisons de sécurité : des pistes du premier aéroport français ont dû être fermées.

Les bagages affectés

Un nouveau préavis a été déposé pour le week-end prochain, celui des grands départs en vacances d’été. Des salariés de sous-traitants d’ADP, qui étaient également en grève le week-end dernier, ont de leur côté prévu de se remobiliser à la mi-juillet.

Le groupe a reconnu que la grève avait affecté le tri des bagages, mais seulement à hauteur de 15 vols sur 1.300 vendredi, soit 1.500 bagages. Selon un porte-parole, c’est « un souci informatique au niveau des compagnies (qui) a causé le plus gros des dommages ».

« L’ensemble des équipes Air France​ travaille sans relâche à votre service pour résoudre les situations les plus complexes, en particulier en matière de réacheminement » des bagages, a promis Anne Rigail.

Jusqu’à 1.600 euros de dédommagement

Les passagers privés de bagages à l’arrivée et ayant engagé des frais de première nécessité (vêtements, produits d’hygiène) peuvent en demander le remboursement à la compagnie.

Si le bagage n’a pas été retrouvé sous 21 jours, son propriétaire peut être dédommagé jusqu’à 1.600 euros, justificatifs à l’appui, aux termes de la convention de Montréal régissant certains volets des voyages aériens.