Prix du lait: les négociations «de la dernière chance» échouent à nouveau

AGRICULTURE Aucune nouvelle réunion n'est prévue pour l'instant...

Avec agence

— 

Manifestation de producteurs de lait à Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, le 19 mai 2009.
Manifestation de producteurs de lait à Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, le 19 mai 2009. — REUTERS/Pascal Rossignol

Industriels et producteurs de lait ont échoué une fois de plus à se mettre d'accord dans la nuit de mardi à mercredi après 12 heures de négociations sur les prix du lait pour 2009, a indiqué la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL).

Une précédente rencontre, jeudi dernier, entre les trois familles -éleveurs, industriels et coopératives- de la filière pour tenter de trouver un accord sur le prix du lait avait également abouti à un échec.

Michel Barnier appelle à une poursuite des négociations

Dès la sortie de la réunion, les présidents des trois familles ont immédiatement été convoqués au ministère de l'Agriculture. Le ministre Michel Barnier a appelé à une «poursuite des discussions dans les tout prochains jours» afin de fixer un prix acceptable par les deux parties.

«Les deux médiateurs désignés par le gouvernement restent disponibles pour faciliter un accord», a précisé le ministère dans le communiqué, qui rappelle que «trois familles engagées dans cette négociation ont exprimé leur volonté d'aboutir».

Le prix du lait collecté en mai toujours pas fixé

La réunion de mardi, qui avait été qualifiée de «la dernière chance» par la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL), était consacrée exclusivement à la question du prix. Il y a d'autant plus urgence que le prix du lait collecté en mai n'est toujours pas fixé.

La FNPL a mis en garde à plusieurs reprises contre d'éventuels débordements sur le terrain si aucun accord n'était conclu avant le 5 juin, date à laquelle les entreprises vont commencer à préparer les paiements des livraisons de mai.

Entre 276 et 290 euros pour 1.000 litres

Les industriels pourraient, comme ils l'ont fait pour le lait d'avril, fixer eux-mêmes le prix, une décision qui a débouché sur une baisse de 30% des prix par rapport à l'an dernier et a entraîné la colère des producteurs.

Lors de la réunion, «les écarts de prix sont restés trop importants», a souligné un négociateur de la FNPL qui représente les producteurs. Alors que les industriels ont proposé 276 euros pour 1.000 litres, les éleveurs laitiers sont restés sur leur position de 290 euros pour 1.000 litres.