Retraite : Les syndicats réclament une hausse des pensions d’au moins 4,5 % pour faire face à l’inflation

POUVOIR D'ACHAT Le gouvernement avait promis cette revalorisation

M.F avec AFP
— 
L'inflation rend le sujet encore plus sensible.
L'inflation rend le sujet encore plus sensible. — Canva

Avec une inflation à 4,8 % sur un an en avril, qui pourrait encore grimper à 5,4 % en juin selon l’Insee, certains des 17 millions de retraités français ont du mal à suivre. Alors qu’Emmanuel Macron avait annoncé, durant la campagne présidentielle une revalorisation exceptionnelle des pensions de base au 1er juillet, les neuf syndicats et associations de retraités font maintenant connaître leurs exigences.

Ils exigent une hausse de la pension de retraite « a minima de 4,5 % avec effet rétroactif au 1er janvier », a indiqué ce lundi Didier Hotte (FO). « Il y a un besoin criant d’avoir des signes forts de la part du gouvernement », surtout « quand on voit à quelle hauteur est l’indice des prix », a ajouté Marc Bastide (CGT). Patrice Perret (Solidaires) a de son côté rappelé que depuis 2017, les retraités ont déjà perdu « plus de 10 % » de leurs revenus, « soit un mois de pension ».

Fin 2020, le montant d’une pension en moyenne était de 1.341 euros net, selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). L’espoir d’un « rattrapage » conséquent est désormais suspendu au projet de loi sur le pouvoir d’achat, que le gouvernement présentera avant les élections législatives des 12 et 19 juin, comme l’a indiqué lundi sa porte-parole Olivia Grégoire. « Si le projet de loi ne reflète pas la promesse du candidat Macron, nous irons à la confrontation », prévient Didier Hotte.