Dépendance : Comment adapter sa maison ?

VIE PRATIQUE Grâce à des équipements adaptés ou aux logements évolutifs, il est possible de vieillir chez soi en toute sécurité, même avec un budget limité

M.K. pour 20 Minutes
— 
La pièce la plus sécurisée doit inévitablement être la salle de bains
La pièce la plus sécurisée doit inévitablement être la salle de bains — iStock/ City Presse

Parce que tous les seniors n’ont pas envie de finir leur vie dans une maison de retraite, il est bien sûr possible d’adapter son logement à son âge ou de déménager dans une maison dite « évolutive ». L’objectif ? Conserver son autonomie le plus longtemps possible tout en étant en sécurité. En effet, chaque année, 450.000 personnes de plus de 65 ans font une chute à leur domicile à cause d’infrastructures inadaptées. Voici quelques pistes pour bien vieillir chez soi.

Adapter un logement déjà existant

Pour les seniors en pleine forme, qui n’ont pas spécialement besoin d’être assistés au quotidien, il est tout à fait possible de réaménager le logement avec des petits travaux. On peut d’abord transformer le mobilier pour rendre les gestes plus faciles, en optant pour un lit avec sommier à télécommande, en installant une barre d’appui fixée au mur aux endroits stratégiques, en plaçant les poignées à la bonne hauteur ou en changeant le mobilier de place pour rendre la circulation plus fluide.

Pour les seniors qui souffrent de troubles visuels ou cognitifs, il est également possible d’associer une couleur à chaque type de mobilier, de même pour les appareils électroménagers. Attention aux meubles bas, aux tapis et aux fils électriques qui peuvent provoquer des chutes. De même, l’éclairage doit être optimal pour éviter les zones d’ombre et réduire le risque d’accident. Mieux vaut placer les interrupteurs à chaque entrée de chaque pièce et à la bonne hauteur pour le résident. Si les finances le permettent, l’idéal étant de motoriser la plupart des équipements de la maison (volets, chauffage, portail…).

Mais la pièce la plus sécurisée doit inévitablement être la salle de bains. Mieux vaut l’équiper d’accessoires antichute et faciliter l’accès aux sanitaires, qu’il s’agisse de la douche, de la baignoire ou des toilettes. Il existe ainsi des sols antidérapants, des barres d’appui ou encore des rideaux de douche anti-éclaboussures pour éviter les glissades.

Le boom des maisons évolutives

S’il n’est pas possible de réaménager le logement parce que sa configuration ne le permet pas, sachez qu’il se construit de plus en plus de logements adaptés aux besoins des aînés. Ces maisons évolutives sont entièrement personnalisables. En effet, elles sont construites sur mesure et répondent aux nouvelles normes en vigueur.

Elles prévoient notamment des sanitaires adaptés, mais facilitent aussi la circulation dans les pièces en prévoyant des passages plus larges et en gommant les angles. On trouve également des portes coulissantes et des accessoires high-tech qui répondent aux déficits sensoriels, comme les flashs lumineux ou les équipements de guidage. Ces nouvelles maisons tiennent également compte des besoins santé des résidents. Elles anticipent la perte d’autonomie au fur et à mesure des années, s’adaptent aux personnes à mobilité réduite et à celles qui ont besoin d’être accompagnées quotidiennement par des auxiliaires de santé. Bref, ces logements évolutifs sont une solution confortable et individualisée pour bien vieillir en toute autonomie, et ce, à des prix tout à fait abordables.

Les aides pour rénover son logement

Les propriétaires qui souhaitent réaliser des travaux d’adaptation dans leur logement peuvent demander des aides auprès de plusieurs organismes. Les conditions et les montants de prises en charge sont propres à chaque organisme.
On trouve d’abord l’Anah (Agence nationale de l’habitat) pour les travaux d’amélioration. Elle accorde des aides financières aux propriétaires occupants ayant des revenus modestes dans le cadre de son programme « Habiter facile ».

N’oublions pas non plus, l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) et la PCH (prestation de compensation du handicap) qui peuvent vous permettre de financer votre maintien à domicile. Il est aussi possible de bénéficier de subventions de l’Assurance retraite ou de certaines collectivités territoriales (région, département, commune) qui accordent des coups de pouce et des prêts selon des conditions définies localement. Enfin, un crédit d’impôt de 25 % du montant des dépenses est en outre octroyé aux seniors et personnes handicapées qui réalisent certains travaux d’adaptation ou d’accessibilité de leur logement. Plus d’infos sur le portail officiel de référence : Pour-les-personnes-agees.gouv.fr.