Emploi : Tout connaître au métier d'assistante sociale

JOB Lorsque des personnes ont un parcours de vie délicat, elles peuvent compter sur les assistants de service social

Julie Pitaud pour 20 Minutes
— 
L'assistante sociale doit trouver léquilibre entre l’aide et la bonne distance relationnelle.
L'assistante sociale doit trouver léquilibre entre l’aide et la bonne distance relationnelle. — iStock / City Presse

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Et pour les individus qui rencontrent des problèmes d’ordre financiers, familiaux ou professionnels, il est souvent utile de consulter une assistante sociale. Exercé en grande majorité par des femmes, ce métier a pour vocation d’aider les autres à un moment charnière de leur existence.

Grâce à des outils et à leurs compétences, les AS, comme on les surnomme dans le jargon médical, accompagnent vers du mieux-être. Une profession trop peu valorisée, qui tente néanmoins celles et ceux qui veulent se rendre utiles et donner un sens à leur carrière. Vous vous sentez l’âme d’un AS ? Voici le parcours à suivre.

Aptitudes, tâches et fonctions : un vrai sacerdoce

Dotée de qualités humaines, l’assistante sociale doit très souvent trouver le juste équilibre entre l’aide et la bonne distance relationnelle. Elle doit avoir un grand sens de l’écoute et faire preuve d’empathie, tout en gardant la tête froide pour détecter les problèmes et proposer des solutions aux personnes dans le besoin. Cette professionnelle doit à la fois être patiente (certaines situations mettent du temps à se débloquer) et savoir réagir rapidement lorsqu’une urgence se présente. Enfin, il faut parfois avoir le cœur bien accroché et maîtriser son stress, tout en aimant prendre des initiatives et gérer des responsabilités.

Pourquoi toutes ces qualités ? Tout simplement parce que le métier d’AS est très polyvalent et s’exerce en plusieurs temps. Un entretien préalable avec la personne en difficulté est très souvent nécessaire, afin de bien comprendre ses problématiques. Vient ensuite le moment de conseiller et d’élaborer un plan d’aide ou d’action, puis de le réaliser, souvent sous forme de démarches administratives, mais pas uniquement. Il est en effet important de souligner que la professionnelle s’adapte à son contexte de travail, qui ne sera évidemment pas le même si elle évolue en secteur public ou privé, en milieu hospitalier, à domicile, pour l’aide sociale à l’enfance, en EHPAD, en prison, pour des entreprises ou encore en milieu associatif.

Néanmoins, les AS sont toutes soumises au secret professionnel et au code de déontologie. Elles peuvent être totalement autonomes mais aussi travailler en équipe, lors d’accompagnements ou d’interventions.

Un parcours unique

Pour les formations initiales, comme pour les continues, deux voies s’offrent à vous. Titulaire d’un baccalauréat, d’un DRASS ou d’un DAEU pour les non-bacheliers (Diplôme d’accès aux études universitaires ou examen de niveau auprès de la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales), ou d’une VAE (validation des acquis), vous devrez vous inscrire pendant trois ans au sein d’une formation dans une école publique ou privée spécialisée, pour obtenir le DEASS (diplôme d’État d’assistant de service social), qui vous permettra ensuite d’exercer.

Une autre voie est possible mais sélective. Ainsi, les étudiants qui suivent déjà un DUT Carrières sociales option « Assistance sociale » à l’université en deux ans peuvent rejoindre l’une des écoles spécialisées pour préparer le fameux DEASS en un an, avant de passer leur diplôme.

Durant les trois années du cursus, vous alternerez entre périodes d’apprentissage théorique (1.740 heures) et stages (52 semaines). Depuis 2019, un socle de connaissances et de compétences est commun avec les étudiants préparant les diplômes d’éducateur spécialisé, d’éducateur technique spécialisé, d’éducateur de jeunes enfants ou encore de conseiller en économie sociale et familiale. Et au moment de l’examen, vos épreuves seront déclinées en quatre spécialités : législation, communication, pratique professionnelle et mémoire de recherche.

Grimpez les échelons

L'évolution de carrière est rapide chez les AS. Les professionnelles qui travaillent depuis au moins trois ans peuvent passer d'autres diplômes, comme le diplôme d'État d'ingénierie sociale (DEIS), de manière à accéder à des postes d'encadrement.

En termes de salaire, une assistante sociale gagne autour de 1.500 euros mensuels nets si elle exerce dans la fonction publique. Comptez environ 1.800 euros pour une AS travaillant au sein de la Sécurité sociale ou dans les établissements spécialisés.