Paiement : Le chèque continue de perdre du terrain, mais pas les fraudes

ARGENT Si les chèques sont de moins en moins utilisés, ils représentaient 42 % du total de la fraude sur les moyens de paiement en 2020

J.P. pour 20 Minutes
Les chèques ont représenté 614 milliards d’euros de paiements en 2020
Les chèques ont représenté 614 milliards d’euros de paiements en 2020 — iStock / City Presse

Qui utilise encore son chéquier aujourd’hui ? D’après l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (OSMP), ce dispositif connaît un déclin continu depuis les années 2000, amplifié en 2020 sous l’effet de la pandémie avec une baisse de volume de près de 26 %.

Mais si la carte bancaire est de loin la plus utilisée, le chèque la détrône encore en termes de valeur de transactions. Ainsi, cette année-là, les transactions par CB ont représenté 578 milliards d’euros, contre 614 milliards d’euros pour les émissions de chèques. Des enjeux financiers qui font la joie des malfaiteurs. Ce moyen de paiement reste en effet le plus fraudé en France, puisqu’il représente 42 % du total de la fraude sur les modes de paiements scripturaux en 2020, soit un total de 538 millions d’euros détournés.

La prudence est de mise

Face à l’ampleur du phénomène, l’OSMP a adopté un plan d’action visant à renforcer la sécurité des paiements ​par chèque dès juillet 2021, avant que ses recommandations ne soient relayées par la Banque de France. Les établissements bancaires sont dès lors incités à renforcer la surveillance des remises frauduleuses de chèque et à améliorer la lutte contre ceux qui sont perdus et volés. Mais les usagers aussi ont leur rôle à jouer.

L’institution rappelle les bonnes pratiques en la matière, comme le fait de ne jamais signer de chèque en blanc ou à l’avance, de remplir toutes les mentions obligatoires avec un stylo à encre noire et de veiller à tracer des traits horizontaux pour éviter tout espace libre sur l’ordre ou le montant du chèque. Le bon sens implique également de ne jamais confier des chèques non remplis à qui que ce soit, de garder son chéquier en lieu sûr, et enfin de ne pas accepter d’encaisser un chèque ne correspondant pas à ce qui a été convenu ou pour le compte d’autrui.