L'UMP veut mettre les malades au taf

— 

La polémique a enflé, hier, à propos de l'amendement à la loi

sur le prêt de main-d'oeuvre défendu par le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, et qui doit être présenté à l'Assemblée nationale aujourd'hui. Il prévoit de « permettre aux salariés qui en feraient la demande de maintenir une activité par la voie du télétravail dans certains cas où leur contrat est normalement suspendu ». Le texte précise qu'il s'agit d'absences consécutives « à une maladie ou un accident », le « congé maternité », le « congé parental d'éducation ou congé de présence parental ».

Benoît Hamon, porte-parole du PS, a qualifié l'amendement de « parfaitement immoral et indécent ». Le chef des députés Nouveau Centre, François Sauvadet, s'est déclaré « extrêmement réservé ». Interrogée hier à l'Assemblée, la secrétaire d'Etat à l'Economie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, a affirmé « très directement » que « le gouvernement est défavorable à cet amendement ». W

L. M.