Crise du lait: deux médiateurs nommés... Un directeur de Carrefour poussé à traire une vache

ECONOMIE Les producteurs de lait manifestent ce mardi contre la baisse du prix du lait...

MD (Avec agence)

— 

Manifestation de producteurs de lait à Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, le 19 mai 2009.
Manifestation de producteurs de lait à Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, le 19 mai 2009. — REUTERS/Pascal Rossignol

Le gouvernement a annoncé ce mardi la nomination de deux médiateurs pour tenter de désamorcer la colère des producteurs de lait, mobilisés dans toute la France, pour dénoncer la politique des pouvoirs publics et la baisse de leurs revenus.

L'objectif de la médiation est de «renouer les fils du dialogue» entre producteurs et industriels, selon le ministre de l'Agriculture, Michel Barnier et le secrétaire d'Etat à la consommation Luc Chatel, qui superviseront cette mission. Elle sera menée par Philippe de Guénin, directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt des Pays de Loire, et Pierre Lepetit, inspecteur général des finances.

Un directeur de Carrefour contraint de traire une vache

Les producteurs de lait ont répondu massivement au mot d'ordre de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) qui avait appelé à des rassemblements devant les préfectures pour dénoncer la politique des pouvoirs publics qu'elle rend responsable de la crise de la filière. L'Ouest, première région laitière de France, a été le théâtre de nombreuses manifestations.

>> L'info se fait aussi avec vous. Envoyez-nous vos témoignages et vos photos au 33320 ou à 33320@20minutes.fr...

La mobilisation était également importante dans toutes les autres régions où de nombreuses délégations de producteurs ont été reçues par les préfets. Devant la préfecture de l'Ain, à Bourg-en-Bresse, des agriculteurs ont déposé, dans la nuit de lundi à mardi, quelque 3.000 chariots de grandes surfaces.

Le directeur de l'hypermarché Carrefour de Fourmies, près de Maubeuge, a été poussé ce mardi à traire une vache par des agriculteurs, qui avaient envahi son magasin pour protester contre la baisse du prix du lait.

Les producteurs dénoncent l'effondrement du prix auquel les industriels leur achètent leur lait. Ce prix d'achat au producteur est en baisse d'environ 30% par rapport au début de l'année, selon les calculs de la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL, émanation de la FNSEA). Le ministre de l'Agriculture Michel Barnier a indiqué dimanche vouloir relancer les négociations entre producteurs et industriels afin de trouver un prix «équitable» dans les prochains jours.

Industriels, coopératives et producteurs incapables d'arriver à un accord

Depuis plusieurs semaines, industriels, coopératives et producteurs, les trois familles de la filière, sont incapables d'arriver à un accord sur le prix du lait. Les transformateurs ont donc décidé d'«imposer» une baisse de 30% des prix pour le lait collecté en avril aux producteurs. Pour justifier cette chute, ils avancent la baisse de la consommation et surtout l'effondrement des cours mondiaux des produits industriels (beurre, poudre de lait).

Mais pour les producteurs, cette chute «historique» des prix - aux environs de 21 centimes le litre - est «insupportable», d'autant qu'il est inférieur aux coûts de production. S'ils ne contestent pas cette conjoncture défavorable, ils refusent d'en faire seuls les frais.