Twitter : Elon Musk entre au conseil d’administration, pour le bonheur de Wall Street et des pro-Trump

PRISE DE DECISIONS Le milliardaire ne pourra pas prendre le contrôle total de la plateforme (au moins pendant deux ans)

M.F avec AFP
— 
Elon Musk
Elon Musk — zz/Wil R/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

Celui qui est déjà directeur général de Tesla et SpaceX, entre chez Twitter. L’entrepreneur milliardaire Elon Musk a intégré mardi le conseil d’administration du réseau social, un jour après avoir annoncé une prise de participation au capital du groupe à 9,2 %, devenant instantanément le premier actionnaire de Twitter. Son mandat devrait durer jusqu’à l’assemblée générale 2024. Elon Musk qui est aussi l’homme le plus riche du monde s’est engagé à ne pas faire monter sa participation au-delà de 14,9 %. Cela signifie qu’une prise de contrôle est exclue, au moins dans les deux ans.

Pour le directeur général du réseau social, Parag Agrawal, « il est devenu clair pour nous qu’il apporterait une importante valeur ajoutée à notre conseil d’administration. » « Je suis impatient de travailler avec Parag et le conseil d’administration de Twitter pour mettre en place des améliorations significatives (…) dans les mois à venir ! », a de son côté tweeté Elon Musk.

Le titre Twitter en hausse de 33 % en bourse

Elon Musk, utilisateur actif du réseau social, a plusieurs fois critiqué la plateforme, estimant, entre autres, qu’elle allait trop loin dans la modération des contenus postés sur le réseau social et bridait la liberté d’expression. Dans les premiers échanges après l’ouverture de la Bourse de New York, le titre Twitter bondissait de 7,60 %. Vers 15 heures GMT, le titre Twitter gagnait 4,74 %. Il est en hausse de près de 33 % depuis vendredi.

« Musk est un vrai visionnaire qui peut amener une contribution de valeur et des idées pour aider à soutenir de nouvelles initiatives », a réagi dans une note Angelo Zino, du cabinet CFRA, qui rappelle que Twitter a « de moins bons résultats que ses concurrents ». « Le but est de mieux monétiser la plateforme », a-t-il poursuivi, « et nous pensons que Musk ne peut qu’aider, pas perturber, ce processus. »

Un moyen d’étendre ses marques et faire revenir Trump ?

Néanmoins, pour Susannah Streeter, analyste d’Hargreaves Lansdown, ces développements « pourraient susciter de la nervosité liée au fait que M. Musk ne gagne trop d’influence sur la gestion de Twitter, avec l’intention d’étendre sa marque et celle de ses entreprises », Tesla et SpaceX.

L’annonce de l’entrée au conseil d’administration d’Elon Musk faisait bouillonner Twitter, certains s’en félicitant, d’autres craignant pour l’avenir de la plateforme. Dès lundi, l’élue républicaine à la Chambre des représentants américaine Lauren Boebert avait exhorté Elon Musk à « lever la censure politique » qui pèse, selon elle, sur le réseau social, et à « ramener Donald Trump ».