« Les PME ne font pas d'excès »

— 

MEIGNEUX / SIPA

Comment améliorer la répartition des richesses ?

Nous préconisons un « dividende du travail » qui permette une distribution des gains aux salariés claire et efficace. Reste qu'entre 1970 et 2007, le coût de la protection sociale est passé de 30 à 45 % du salaire brut. Peut-être faut-il réfléchir à d'autres recettes, comme la TVA ou l'impôt.

Peut-on contraindre l'entreprise à augmenter ses salariés ?

Non, le chef d'entreprise doit rester libre de prendre ses décisions. Si les salariés n'en profitent pas, ils finissent par partir. Surtout, il ne faut pas imaginer des excès dans tous les sens, nos 1,6 million de PME font peu de bénéfices.

Faut-il encadrer les hauts salaires ?

On a montré du doigt des cas exceptionnels, dans les très grandes entreprises. Il faut faire attention, car si la France devient trop sévère, les sièges sociaux pourraient partir. Il vaut mieux responsabiliser les conseils d'administration. W

Recueilli par A. B.