Amiens : L’usine Goodyear touche le gros lot à l’Euromillions du gouvernement

INDUSTRIE Le premier ministre a promis 44 millions d’euros au fabricant américain de pneumatiques pour moderniser son usine d’Amiens

Mikaël Libert
Jean Castex à l'usine Goodyear d'Amiens.
Jean Castex à l'usine Goodyear d'Amiens. — F. Lo Presti / AFP

En visite, ce jeudi, sur le site Goodyear d’Amiens, dans la Somme, le premier ministre, Jean Castex, avait pris soin d’apporter le chéquier de l’Etat. Pour moderniser son usine, le fabricant américain de pneumatiques s’est vu promettre la rondelette somme de près de 45 millions d’euros a-t-on appris auprès de la mairie d’Amiens.

L’histoire qui lie Amiens à Goodyear n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. En 2014, près de 1.200 employés de l’usine d’Amiens-Nord avaient été licenciés après la fermeture du site. Un procès au long cours intenté par 800 ex Goodyear, qui contestaient le motif économique de leur licenciement, avait d’ailleurs coûté cher à l’entreprise. Aujourd’hui, le site d’Amiens-Sud tourne encore à plein régime. Pour que cela continue, le géant américain du pneu doit moderniser cette usine vieillissante.

C’est dans ce but que le premier ministre, Jean Castex, a promis une aide de l’Etat à hauteur de 44,6 millions d’euros dans le cadre du plan France relance. Une aide, conditionnée à l’approbation de la commission européenne, qui viendra compléter un investissement de 100 millions de la part de Goodyear. Selon la maire d’Amiens, Brigitte Fouré, cet investissement permettra de faire de cette usine « la plus moderne d’Europe » et assurera le maintien de l’emploi des 800 salariés « pour au moins 10 ans ».