Logement : Comment prendre soin de sa pompe à chaleur ?

VIE PRATIQUE La loi impose désormais un contrôle tous les deux ans

J.P. pour 20 Minutes
— 
Pour être efficace et durer longtemps, votre pompe à chaleur doit faire l'objet d'un entretien régulier et être contrôlée tous les deux ans.
Pour être efficace et durer longtemps, votre pompe à chaleur doit faire l'objet d'un entretien régulier et être contrôlée tous les deux ans. — Shutterstock / City Presse

La pompe à chaleur, dite PAC, a de nombreux adeptes. Et comme tout appareil, elle implique une certaine rigueur d’utilisation et d’entretien. On vous dit comment optimiser son fonctionnement.

Un package d’avantages

Une pompe à chaleur, c’est un peu comme un réfrigérateur dont on aurait inversé le processus. D’ailleurs, le même fluide réfrigérant est utilisé dans les deux cas. Mais au lieu de rejeter la chaleur produite vers l’extérieur pour garder vos aliments au frais, la PAC capte les degrés issus de l’environnement ambiant pour les restituer à l’intérieur du logement.

Premier avantage : ce système est économique. En choisissant une pompe de dernière génération, vous pourrez diviser votre facture énergétique par trois ou par quatre. En outre, la plupart des modèles sont aujourd’hui réversibles, ce qui permet de passer du chauffage à la climatisation en fonction de la saison. Enfin, la PAC est présentée comme un appareil vertueux, puisqu’elle utilise les énergies renouvelables que sont l’air, l’eau ou la terre et émet peu de CO2.

On ne lésine pas sur la qualité

Afin de profiter des aides financières d’installation, mais aussi d’assurer la performance de votre matériel, il est nécessaire de faire appel à un professionnel qualifié RGE (reconnu garant de l’environnement). Vous devez aussi vous assurer de la qualité de la PAC que vous achetez, ce qui n’est pas toujours évident face au vaste panel de produits de ce marché en plein essor. Au-delà du choix du système (air-air, air-eau, sol-eau ou sol-sol) et du prix, il faut prendre en compte le volume sonore de la machine (42 dB équivalent au bruit d’un ventilateur, tandis que 65 dB correspondent à celui d’une machine à laver).

Accordez surtout une importance particulière au coefficient de performance (SCOP) et à celui d’efficacité frigorifique (EER) de la PAC. Plus ces indices sont élevés, meilleur sera le rendement, sachant qu’il est déconseillé d’opter pour des coefficients inférieurs à 3.

Une maintenance nécessaire… et obligatoire !

Même installée dans les règles de l’art, une pompe à chaleur peut voir son efficacité diminuer si vous n’êtes pas aux petits soins. Pour qu’une PAC aérothermique fonctionne correctement, l’air doit pouvoir circuler librement autour de l’unité extérieure. À vous, par conséquent, de veiller à ce que des éventuelles feuilles, branchages et autres obstacles ne viennent pas gêner ce processus. De même, il est important de dépoussiérer et nettoyer périodiquement à l’eau savonneuse les bouches d’insufflation.

Si vous voulez que votre PAC reste performante et dure longtemps (quinze ans en moyenne), cet entretien courant ne suffit pas. Cet appareil a besoin d’une maintenance périodique réalisée par un spécialiste. Alors qu’il était jusqu’ici simplement recommandé de faire contrôler sa pompe à chaleur tous les deux ans, le conseil s’est d’ailleurs transformé en obligation, en vertu d’un décret paru au Journal officiel du 29 juillet 2020. Les équipements déjà installés d’une puissance comprise entre 4 kW et 70 kW devront en effet faire l’objet d’un entretien par un professionnel d’ici le 1er juillet 2022. Étanchéité, réglages, nettoyage mais aussi conseils de bon usage sont au programme de cette opération de maintenance réglementaire.

Financer votre PAC

Acheter une pompe à chaleur représente un gros investissement financier, estimé entre 5.000 et 20.000 euros. Plusieurs aides vous permettent de réduire la facture. Grâce à la prime à la conversion des chaudières au fioul, au gaz et au charbon, vous pouvez profiter d’une enveloppe atteignant de 2.500 à 4.000 euros, à travers le dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE) si vous optez pour une PAC air-eau ou eau-eau ou une PAC hybride.

Ce coup de pouce peut se cumuler avec le dispositif MaPrimeRénov', sous condition de revenus (42.848 euros de revenu fiscal de référence pour un couple). Entre 2.000 et 4.000 euros sont ici prévus pour une pompe à chaleur air-eau, et entre 4.000 et 10.000 euros pour un modèle géothermique.

Enfin, les ménages les plus modestes ayant un projet de rénovation globale peuvent compter sur le programme Habiter mieux de l’Agence nationale de l’habitat.
Retrouvez toutes les aides financières et un annuaire des professionnels RGE sur le site officiel Faire.gouv.fr et contactez un conseiller au 0 808 800 700 (ligne non surtaxée).