Maison : Quel bois choisir pour sa terrasse ?

LOGEMENT Quel choix faire parmi les diverses essences, en fonction de leurs qualités et de son budget ?

Lauren Ricard pour 20 Minutes
— 
Le boisséduit par son aspect chaleureux, son esthétique, mais aussi sa facilité de pose et sa durabilité.
Le boisséduit par son aspect chaleureux, son esthétique, mais aussi sa facilité de pose et sa durabilité. — iStock/ City Presse

Lors de la saison estivale, les espaces extérieurs se transforment en lieux de vie, en prolongement de la maison. Leur aménagement revêt donc une importance capitale, et c'est pourquoi vous avez finalement opté pour une terrasse en bois plutôt qu'en pierre naturelle ou en carrelage.

Très populaire depuis plusieurs années, ce matériau séduit par son aspect chaleureux, son esthétique, mais aussi sa facilité de pose et sa durabilité. Toutefois, il en existe de nombreux types différents, dont chacun possède ses caractéristiques. 

Les bois résineux, amis des petits budgets

Pin sylvestre ou maritime autoclave, mélèze, red cedar et douglas sont prisés pour les terrasses. Et pour cause : ils sont abordables (à partir de 20 euros le m2), respectueux de l'environnement grâce au label FSC et souvent issus de forêts françaises ou européennes. Ils pèchent en revanche par leur durée de vie, qui n'excède pas une quinzaine d'années, et par leurs nœuds qui peuvent être saillants.

Les bois exotiques, la touche déco chic

Élégants, denses, très stables, naturellement résistants en milieu humide et antidérapants, les bois exotiques comme le teck, l'ipé, le massanduraba, le cumaru, le padouk ou le tali ont de nombreuses qualités. D'un coloris brun foncé, l'ipé, originaire d'Amérique du Sud, est adapté aux decks de piscine, là où le massanduraba brésilien à la teinte brun rouge séduira par son grain fin, très confortable au pied. Bois africain aux magnifiques reflets rubis, le padouk supporte sans problème l'eau salée, tandis que l'itauba doré offre des qualités mécaniques et une longévité incomparables.

Si leur prix est relativement élevé (environ 60 euros le m2), il est rentabilisé sur le long terme, car ces essences sont généralement garanties à vie et leur entretien est quasi nul. Bémol : leur impact environnemental.

Les bois feuillus, le choix éthique

Moins répandues que les bois résineux ou exotiques, les essences comme le chêne, le frêne, le châtaigner ou le peuplier offrent une alternative plus écologique, avec un bon rapport qualité-prix (aux alentours de 40 euros le m2). Après avoir subi un processus de rétification, où ils sont chauffés à 200 °C afin d'en évacuer l'eau, ces bois locaux gagnent en stabilité et peuvent servir entre vingt et trente ans.

Les bois composites pour se faciliter la vie

Issus d'un mélange de sciure et de résines polymères, les bois composites sont plus faciles d'entretien que le bois massif (un coup d'éponge annuel suffit) et leur aspect ne change pas dans le temps. Imputrescibles, très résistants aux intempéries et aux coups, ils se déclinent dans une large palette de teintes et de finitions et se fixent simplement par clip, et non par vis. Leur qualité peut considérablement varier selon que vous optiez pour des lames pleines ou alvéolaires, mais le haut de gamme peut atteindre 90 euros le m2.

Et l’entretien ?

À cause des intempéries et plus particulièrement des rayons UV, le bois a tendance à griser en extérieur. Afin qu’il conserve sa teinte originelle, il est nécessaire de le traiter. Tous les 6 mois à 1 an, appliquez un saturateur de la teinte souhaitée ou un produit dégriseur. Pour enlever les saletés incrustées dans les lames, utilisez un nettoyeur haute pression et misez sur le vinaigre blanc pour venir à bout des mousses.

Afin de convenir à un usage en extérieur, le bois de votre terrasse devra être doté d’une classe d’emploi IV, qui garantit sa résistance à l’eau et aux champignons, voire d’une classe V si vous résidez en bord en mer.