La région Poitou-Charentes à la rescousse d'Heuliez

CRISE La conseil régional a décidé lundi d'investir cinq millions d'euros dans le capital du constructeur automobile...

— 

Le 25 mars, Ségolène Royal visite l'usine de Heuliez à Cerisay.
Le 25 mars, Ségolène Royal visite l'usine de Heuliez à Cerisay. — REUTERS/Stephane Mahe
A situation de crise, mesure exceptionnelle. C'est l'adage qui, semble-t-il, a dicté la conduite du conseil régional de Poitou-Charentes lorsqu'il a voté lundi son entrée à hauteur de 5 millions d'euros dans le capital de l'équipementier et constructeur automobile Heuliez. Seul le Front National s'est exprimé contre cet investissement, précise le quotidien «Sud Ouest» ce mardi.

En difficultés financières, l'entreprise basée à Cerizay mise sa survie sur un projet de voiture électrique. La région a choisi d'investir dans ce projet et d'aider la branche d'Heuliez qui en aura la charge: «C'est un beau projet industriel, prêt à décoller, pour peu que tous les acteurs tirent dans le même sens. Nous avons pris nos responsabilités. On se bat pour trouver des repreneurs. Je vais prendre contact avec Renault, Fiat. Le temps presse», a expliqué la présidente (PS) de région. Le 1er mai, Ségolène Royal s'était déja démarquée en défilant aux côtés des salariés d'Heuliez, rassemblés à Niort.


Un plan de sécurisation des parcours professionnels


Lors de la commission permanente du conseil régional qui se tenait à Poitiers, les élus ont également fait un geste en direction des 1.000 salariés de l'entreprise. Un plan de sécurisation des parcours professionnels d'un montant de six millions d'euros a été voté.

«Ce plan, sans surcoût pour les finances publiques, permettra d'éviter les licenciements des salariés dont Heuliez aura besoin à plus ou moins long terme. Il maintient le contrat de travail du salarié en échange d'une formation, en attendant que la production de véhicules électriques monte en puissance», peut-on lire dans le communiqué de la région.