Coronavirus à Nice : Délai de livraison, augmentation du prix des pièces... L'épidémie a aussi des conséquences chez les motards

CORONAVIRUS Entre une hausse de la demande et des difficultés d’approvisionnement, il faut parfois attendre plusieurs mois pour un modèle de moto en particulier ou de l’équipement

Elise Martin
Le concessionnaire de motos Yamaha Jacky Onda se situe dans la rue Trachel à Nice
Le concessionnaire de motos Yamaha Jacky Onda se situe dans la rue Trachel à Nice — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • La crise sanitaire a également frappé dans le secteur des motocyclettes.
  • D’un côté, les concessionnaires souffrent de délais d’approvisionnement de certains modèles.
  • Une situation qui montre aussi que le marché « se porte bien ».

Quentin habite à Mouans-Sartoux, dans les Alpes-Maritimes. Après avoir mûrement réfléchi, il se décide à passer sa formation et acheter une  moto. La raison principale ? « On avait une voiture pour deux et ça m’embêtait vraiment d’en acheter une deuxième seulement pour être plus flexible ». Il ajoute : « C’est moins cher, ça consomme moins et puis dans la région, c’est idéal avec le temps. » Sauf qu’il a dû attendre un mois avant de rouler avec son bolide. Le modèle qu’il souhaitait n’était plus disponible chez le concessionnaire. « Il n’y avait plus aucun stock, dans aucune couleur. Même celle en exposition venait d’être vendue. »

Son cas n’est pas une exception. « On a beaucoup de demandes et les quantités nous manquent, lance Mélodie, employée depuis onze ans chez Yamaha Jacky Onda à Nice. Avant le Covid-19, on avait un délai de 8 à 10 jours pour une livraison. Maintenant, on fonctionne au trimestre. » Elle l’explique par « un effet papillon ». « Il y a eu des usines qui ont fermé. Le temps de rouvrir, on a épuisé tout le stock. Maintenant, on a constamment un produit en rupture. » Avant d’ajouter : « C’est aussi révélateur que le secteur se porte bien. L’année dernière a été une des meilleures pour nous depuis des années. »

« On a battu tous les records »

Même constat chez Honda Werther, à l’est de Nice. « On a battu tous les records en 2021. On a fait 2.000 remises de clés en 200 jours d’ouverture. On n’avait jamais fait de tels chiffres avant », indique Julien Charron, directeur de la concession, qui y travaille depuis vingt ans. Contrairement à d’autres marques, Honda a moins souffert des longs réapprovisionnements. Le constructeur japonais a des usines dispatchées un peu partout dans le monde, notamment en Italie et en Espagne, « où les plus petits cylindres sont construits ».

« D’habitude, on vend 900 véhicules neufs par an. En 2021, on était à 1.300. Ce qui fait qu’on est passé de 300 à 100 stocks d’avance. On a moins à vendre mais on peut quand même travailler », détaille le gérant. Avant de compléter : « Comme il y a eu une augmentation des immatriculations, on peut conclure que cette situation est directement liée à une hausse des demandes. » Il l’analyse par « cette envie de se libérer l’esprit avec les confinements. Comme pour le vélo, la moto est associée à du loisir ».

Des équipements spécifiques disponibles dans plus de six mois

En plus des concessionnaires, les magasins d’équipements de motos aussi sont débordés. Chez Speedway, le chiffre d’affaires a sensiblement augmenté. « Avec une année 2021 qui a commencé en mai, on a eu une très belle activité car on a eu une hausse de 20 % par rapport aux années complètes, compare Julien, employé dans la boutique rue Barla. On pourra vraiment dire qu’il y a un effet Covid-19 après le mois de mai 2022. »

Comme pour les véhicules, certains produits sont victimes de leur succès et sont en pénurie. Le vendeur relève : « Par exemple, si vous voulez ce casque noir mat en vogue en ce moment, qui est fait en fibre de carbone, il faudra attendre septembre pour l’avoir. » Comme dans tous les secteurs, il reste prudent et veille les annonces liées à la crise sanitaire.